mercredi 19 octobre 2011

L'Ombre du Vent de Carlos Ruiz Zafon

Résumé : Dans la Barcelone de l'après-guerre civile, " ville des prodiges " marquée par la défaite, la vie difficile, les haines qui rôdent toujours. Par un matin brumeux de 1945, un homme emmène son petit garçon - Daniel Sempere, le narrateur - dans un lieu mystérieux du quartier gothique : le Cimetière des Livres Oubliés. L'enfant, qui rêve toujours de sa mère morte, est ainsi convié par son père, modeste boutiquier de livres d'occasion, à un étrange rituel qui se transmet de génération en génération : il doit y " adopter " un volume parmi des centaines de milliers. Là, il rencontre le livre qui va changer le cours de sa vie, le marquer à jamais et l'entraîner dans un labyrinthe d'aventures et de secrets " enterrés dans l'âme de la ville " : L'Ombre du vent.

Mon Avis : Les livres classés contemporain ancrés dans le réel ne sont habituellement pas ma tasse de thé. Ce que je recherche dans la lecture c'est un moyen d'évasion, d'échapper à ce monde parfois morne, parfois inquiétant, parfois lourd... Cependant, de temps en temps, j'aime me plonger dans un titre du genre pour varier d'une part et d'autre part, pour pouvoir discuter sur ces romans à la mode dont beaucoup parlent. Étonnement, je suis souvent conquis et pour le coup, je range ce livre dans la catégorie coup de coeur!

Pendant le premier tiers de l'histoire, j'avais quelques difficultés à savoir où l'auteur m'emmenait. On suit en effet un jeune garçon, Daniel Sempere, fils de libraire passionné de livres. Son père l'emmène un jour dans un mystérieux endroit de Barcelone, le cimetière des livres oubliés, dans lequel on garde les livres disparus des étalages dont personnes n'a aucun souvenir. Il y choisit un livre nommé l'Ombre du Vent écrit par un inconnu, Julian Carax. Passionné par sa lecture, il va remonter les évènements qui ont fait la vie de l'auteur mais il ne se rend pas compte que cette quête est comme toutes les autres, elle recèle pleins de dangers.
Au fur et à mesure que les années passent, l'histoire se densifie, le mystère s'amplifie. On suit avec un plaisir énorme l'enquête que mène le jeune Daniel. Malgré les longues discussions, la lenteur de l'intrigue, on est jamais gagné par l'ennui. On en devient aussi passionné que Daniel, on souhaite savoir autant que lui ce qu'est advenu de Julian.

Un facteur non négligeable qui nous permet d'apprécier l'ensemble de l'oeuvre est sans nul doute l'ambiance créée par l'auteur. Plonger dans l'une de mes villes préférées, Barcelone, fut une expérience extraordinaire. On parcourt les rues et autres ruelles en compagnie de Daniel et même si je n'ai pas reconnu grand chose, j'ai adoré visiter cette ville à l'époque de l'après-guerre. Cette différence de lieu et de temps a été pour synonyme d'originalité puisque je n'y suis pas coutumier.

La plupart des protagonistes sont excellemment créés. Chacun apporte une pierre à la muraille que représente le livre. Comme je le disais, nous vivons de très longs échanges entre Daniel et eux. Ils sont rendus passionnant par les personnalités respectives de chacun. Ils semblent tous réels, comme si nous les connaissions.
Le héros n'est pas le plus remarquable de tous mais nous observons avec lui son évolution, son accès à la maturité, sa transition entre le monde de l'enfance et celui de l'adulte. Il n'est peut-être pas très marquant mais il est néanmoins intéressant.
Parmi tous ceux qui ont croisés mon chemin, j'en retiendrais deux : Fermin et Béatriz. Le premier est initialement un sans abri avec lequel Daniel sympathise et qui va se révéler être extravaguant et attachant. En effet, pourvu d'une culture faramineuse, il se révèle être extravagant et il dispose d'un incroyable sens de la rhétorique. Ses sorties sont souvent exquises et ses délires philosophiques apportent beaucoup. La deuxième est la soeur de son meilleur ami qui l'intrigue et le terrifie depuis son enfance. Une relation particulière va se tisser entre eux. Elle est très charismatique et mystérieuse. Une femme pas comme les autres...

L'une des qualités que comporte ce roman est sans conteste l'écriture d'une rare poésie de Zafon. Même si je n'y ai pas remarqué d'identité propre, j'ai adoré la facilité avec laquelle il joue avec les mots. On ne peut pas dire que le style soit aisé mais il reste accessible au plus grand nombre. J'espère très vite retrouver la plume de l'auteur.

Coup de coeur de ce mois, j'ai littéralement adoré ce roman qui m'a transporté et m'a fasciné. Loin des histoires barbantes du genre, l'Ombre du Vent possède tous les ingrédients de ce qui fait un grand roman. J'ai ainsi très envie de découvrir ses autres romans même si je sais que le jeu de l'ange est souvent source de déceptions. Je donne un 18/20 à cette magnifique oeuvre!

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas vraiment, mais je l'ajoute direct à ma Wish List et je pense très vite à ma pal. Il me tente énormément du coup !

    RépondreSupprimer
  2. Contente que ce soit un coup de coeur pour toi. J'avais aussi adoré ce bouquin.

    RépondreSupprimer
  3. Ce roman est une merveille! Je ne peux que vous conseiller de continuer à lire cet auteur :D Son dernier roman vient de sortir "Le prince de la brume", il a vraiment l'air bien!

    RépondreSupprimer
  4. Un roman que j'ai adoré et que j'ai eu la chance d'achever à Barcelone même. Cela donne un tout autre relief à l'histoire.
    Beau billet !

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page