Pages

mardi 18 mai 2010

Les Oiseaux se Cachent Pour Mourrir de Colleen mcCullough

Résumé : L'histoire commence en 1915 et s'achève à la fin de la seconde guerre mondiale. La famille Cleary originaire de la Nouvelle Zélande émigre en Australie pour faire fructifier un domaine où se pratique l'élevage du mouton et qui appartient à la riche soeur de Paddy Cleary, le père de famille. Une épique superbement rendue où s'acharnent les passions des personnages avec comme fil conducteur les amours tragiques de l'héroine Maggie pour le magnifique prêtre Ralph de Bricassart lié à jamais au sort de l'exploitation du domaine.

Mon Avis : Pour le challenge découverte d'un pays, l'Australie, organisé par une connaissance de livraddict, evertkhorus, j'ai voulu lire un ouvrage qui fait parti des plus connus dans le pays. Après quelques conseils, mon choix s'est naturellement porté sur ce titre. Je souhaitais avant tout un livre qui me fasse voyager dans ce pays. Sur ce point là, je n'ai pas été déçu mais sur l'histoire en elle-même, j'en suis ressorti plutôt dubitatif.

Le principal point fort de ce roman réside dans la plume de son auteur vraiment très fluide avec ce qu'il faut de descriptions sans en faire des pages et des pages. Avec un minimum de phrases, l'auteur nous fait voyager tout d'abord en Nouvelle-Zélande où habitent nos protagonistes, la famille Cleary, puis en Australie, lieu du bouleversement de leur vie. C'est avant tout le domaine de Drogheda qui nous transporte et nous fait rêver, on a l'impression d'y être et de sentir le parfum enivrant de cette nature.
Le style est quand même un brin pesant ne favorisant pas une lecture rapide. On en redemande rarement car aucun suspens n'habite le roman. Il est donc très facile de s'y replonger après quelques temps de pause. On reste dans le contemplatif que j'affectionne moyennement surtout quand l'écriture n'est pas incroyable.
Ce qui m'a le plus dérangé est que soit le temps avance très lentement soit on saute plusieurs mois sans forcément mettre en avant les événements occultés.

L'intrigue en elle-même n'a rien d'extraordinaire, on suit la vie parfois tragique d'une famille dans la première moitié du vingtième siècle. L'histoire ne s'emballe jamais, on enchaine les événements les uns après les autres sans tendre vers un but quelconque.
Comme souvent, je ne suis pas avare d'histoire ancrées dans le réel et celle-ci m'a encore une fois confirmé ma tendance. Je ne peux pas dire que j'en ai ressorti beaucoup à part ces paysages enviables remplis de couleurs et de parfums. Je suivais en spectateur le déroulement de l'histoire allant d'un personnage à un autre sans pour autant avoir envie d'en savoir plus.
Mes sentiments, loin d'aller vers la tristesse ou même la compassion, convergeaient vers un ennui et l'envie d'en terminer. Je n'ai jamais réussi à m'imprégner de cette histoire et c'est avec un soupir de soulagement que j'en ais terminé.

Concernant les personnages, la famille Cleary incarne la famille nombreuse du début du siècle passé dominée par les hommes et, par conséquent, où les femmes ont un rôle mineur. La preuve en est dès le début du récit avec le personnage de Fee, mère au foyer qui élève plusieurs enfants dont Frank, fils qu'elle a eu hors mariage l'obligeant à se marier au plus vite avec Paddy, un travailleur assez bourru et ancré dans ses traditions. Le personnage de Frank est très intéressant car il se détache des autres. Il est en effet plus sombre, plus ténébreux. Il semble cacher au fond de lui une profonde colère qu'il entretient. Très peu familial, il est en revanche proche de sa plus jeune sœur, Meggy. C'est elle que l'on suit le plus car on la voit de sa plus tendre enfance jusqu'à quasiment sa fin. Pétillante à souhait, elle est très éveillée et surprenante. On suit donc souvent sa vie alternant périodes fastes et douloureuses.
Bien entendu, la famille va s'agrandir au fil de l'histoire mais verra aussi de tragiques pertes.
On ne peine jamais à se représenter tant sur le plan moral que physique les divers personnages renforçant l'intérêt que l'on peut leur porter.

Pour conclure, je dirais simplement que j'ai passé un relatif agréable moment de lecture ponctué tout de même par un manque d'intérêt pour le genre entrainant au fil des pages un ennui palpable. Une plume légère nous faisant voyager dans ce merveilleux pays que semble être l'Australie mais qui n'a rien d'extraordinaire. On s'attache aussi aux personnages très crédibles. Une histoire qui devrait ravir tous les amateurs d'histoires ancrées dans le réel qui se termine avec la note de 12/20.

18 commentaires:

  1. J'ai lu ce roman plus jeune. C'est romantique à souhait mais effectivement pas très vif au niveau de l'écriture. Je suis sûre que parmi tous les billets proposés d'autres auteurs australiens te séduiront plus.

    RépondreSupprimer
  2. Arf, c'est bien dommage que tu te sois un peu ennuyé. Moi j'avais bien envie de le lire, mais là j'hésite. On verra, peut-être plus tard ^^

    RépondreSupprimer
  3. Alors là je tique grave parce qu'il est dans ma LAL et que ton avis ne va pas me pousser à le lire cet été alors que je l'avais prévu... Mais bon, comme je connais l'histoire vu que j'ai vu le téléfilm je ne rate rien non plus :D

    RépondreSupprimer
  4. Ca dépend des gouts, d'autres l'aimeront bien plus que moi. Par contre je passe pour le téléfilm, là je m'endors c'est certains^^
    J'ai découvert d'autres auteurs par ce biais ci et certains ont rejoins ma LAL.

    RépondreSupprimer
  5. Ouh la vache tu nous as déterrée le vieux Ralph de Bricassard, je l'ai dans ma biliothéque et il y a un bout de temps que je l'ai lu.
    Ouais il ne m'en reste pas un souvenir inoubliable.

    RépondreSupprimer
  6. J'en avais entendu parler ( il est tout de même connu ) mais cela ne m'attirait pas plus que ça ^^. Tu confirmes cette impression car si moi je suis davantage portée sur les romans contemporains , je n'aime pas m'ennuyer durant de longues pages et je n'aime pas lorsqu'il ne se passe pas grande choses :) .

    RépondreSupprimer
  7. d'ailleurs je n'ai pas parlé de ralph hum hum. D'une manière générale, les personnages étaient bien définis et apportaient tous une petite pierre à l'édifice.

    RépondreSupprimer
  8. Comme Véro, je l'ai lu ado, je crois à la suite de la diffusion du feuilleton TV du même nom... je n'en garde pas un grand souvenir...
    Lorsque j'aurais fini mon livre australien, je t'invite à venir lire mon billet : j'en suis au tiers, et je suis super emballée !!

    RépondreSupprimer
  9. Hé hé, j'avais bien deviné quand je pensais que c'était ce livre-là que tu lisais ! ;)
    J'ai lu ce livre il y a bien 30 ans et contrairement à toi, j'avais beaucoup aimé cette histoire ancrée dans le réel, comme tu dis ! :)
    Les amours de Meggie et du beau Ralph de Bricassard avaient passionné mon coeur romantique ! C'était pour moi l'Autant en emporte le vent australien ! En revanche, j'ai dû voir un épisode de la série avec Chamberlain et je n'ai pas du tout aimé les acteurs choisis pour ces rôles !

    RépondreSupprimer
  10. C'est sûr que j'ai un peu de mal avec ce romantisme là mais bon, je comprends tout à fait qu'il puisse plaire, c'est un bon livre dans l'ensemble qui ne correspond pas toutefois à mes attentes. Ca manquait de vampires (non je plaisante^^)

    RépondreSupprimer
  11. Lol ! Et de loups-garous tant que tu y es ! :D

    RépondreSupprimer
  12. Ah que de souvenirs avec ce roman. J'étais toute jeune quand j'ai vu l'adaptation sous forme de "saga de l'été" et j'ai eu très envie de lire le livre à l'adolescence.
    Ayant adoré la série, j'ai adoré le livre. Je l'ai encore à la maison, il faudrait que je le relise à l'occasion pour voir si je change d'avis à son sujet.

    RépondreSupprimer
  13. Je pense que je vais faire l'impasse sur Colleen McCullough, les deux billets que j'ai lus me convainquent pas plus que ça, ça m'a l'air trop à l'eau de rose pour moi.

    Le seul truc intéressant ce serait les paysages en fin de compte ^^

    RépondreSupprimer
  14. C'est sûr et ça fait beaucoup de pages pour si peu^^

    RépondreSupprimer
  15. Contente que tu aies pu voyager en Australie, mais c'est vrai que moi non plus je ne suis pas convaincue par l'auteur alors que c'est l'une des plus connues d'Australie. Dommage...

    RépondreSupprimer
  16. J'ai vu le téléfilm lorsque j'étais ado, j'avais adoré! je me demande si je ne l'ai pas revu quelques années après...
    Là je vais commencer le livre, j'espère que j'aimerais autant même si dans le téléfilm Richard Chamberlain devait être l'une des raisons de mon enthousiasme, mais il y a aussi l'histoire etc etc bref j'ai hâte de le commencer :)

    RépondreSupprimer
  17. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  18. coucou! je viens de tomber sur cet article et ça fait plaisir de savoir qu'il y a quelqu'un qui pense comme moi. j'ai lu le roman quand j'étais ado et j'avoue que je l'ai terminé un peu en colère, ayant eu l'impression d'avoir perdu mon temps. Je suis vraiment surprise qu'ils l'aient adapté au cinéma, il ne m'avait pas fait tant d'effet que ça... j'ai également lu un autre de ses romans (je ne me souviens plus du titre) qui ne m'a pas trop impressionner non plus.

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page