mardi 13 novembre 2012

Le Reliquaire Abyssin de Jenny White

Avant toutes choses, merci au site livraddict et aux Éditions JC Lattés pour ce partenariat.

Quatrième de couverture : Constantinople, mai 1453. Alors que sept mille hommes se préparent à défendre Byzance contre l'envahisseur turc, Isaac Métochitès et sa famille sont chargés de protéger un reliquaire en argent qui porte sur son couvercle la figure d un ange en pleurs et une inscription : « Contemplez la Preuve de Chora, Contenant de l'Incontenable » Quatre siècles plus tard, dans l'empire ottoman, le magistrat Kamil Pacha est confronté à l'une des affaires les plus complexes de sa carrière : des dizaines d'antiquités ont disparu des plus grandes mosquées et églises d'Istanbul, pour refaire surface quelques semaines plus tard sur le marché européen. Tandis que ces vols alimentent les tensions croissantes entre chrétiens et musulmans, plaçant la ville au bord de l'émeute, une série de meurtres lies par des marques identiques sur les cadavres menace de détruire définitivement cet équilibre précaire.
L'enquête de Kamil l'oriente vers une secte ancienne créée par des esclaves abyssiniens, dont les descendants habitent une gigantesque citerne abandonnée dans les bas-fonds d Istanbul.
Avec la réapparition soudaine du reliquaire en argent et son vol presque immédiat, une course brutale est lancée entre ceux qui ont juré de le protéger et ceux qui ne s arrêteront devant rien pour s emparer de son contenu explosif une « Preuve de Dieu » susceptible de réécrire le cours de l Histoire. À mesure que Kamil découvre les secrets de la secte et ses liens avec le reliquaire, il apprend des vérités sur sa propre famille et son passé qui risquent de détruire ses croyances les plus profondes. Dans la lutte mortelle qui s engage autour du reliquaire, ce n est pas seulement la vie de Kamil qui est en danger, mais son identité même.

Mon Avis : Depuis quelques temps déjà, je me passionne pour tous les thrillers ou autres polars qui disposent d'une composante historique. Au vu des commentaires lus sur la toile, mes attentes étaient relativement élevées. Pas de doute pour moi, ce titre est un "must-have"

Jenny White nous plonge dans l'empire Ottoman (Istanbul dorénavant) du XIXe siècle. Le lecteur suit les traces de Kamil Pacha, un jeune magistrat maniant aussi bien la phrase que l'épée. Malgré la passion pour son travail, il va pourtant être amené au doute car son ami Malik a placé toute sa confiance en lui. En plein dilemne, on découvre un jeune homme audacieux et charismatique

Les autres personnages qui composent cette histoire sont quasi tous relativement travaillés. On découvrira Malik, ami de Kamil, jeune homme téméraire et sa sœur, la charmante et magnifique Sabba. Bien qu'on ne prenne pas le temps de découvrir chacun d'entre eux comme il se doit, on remarquera que chacun apporte une pierre à l'édifice de ce roman passionnant. De plus, ils ont une utilité dans l'approfondissement du caractère principal, Kamil.

Sur le plan historique, tout en considérant que l'on reste dans le cadre d'un roman, le lecteur y trouvera son compte surtout les plus novices (comme moi^^) de l'histoire de l'Empire Ottoman. On pourra aussi approfondir le thème de la théologie grâce à un pléthore de remarques sur les affrontements entre les diverses religions ainsi que leurs traditions.

La plume de Jenny White sert aussi bien l'aspect historique et théologique comme celui du thriller. Le style est certes travaillé voire complexe, les détails sont nombreux mais on vit l'histoire intensément avec le héros. 
Selon les sensibilités de chacun, le lecteur pourra même angoissé tellement l'ambiance est parfois sombre et pesante...

Sans parler de chef-d’œuvre, ce roman ravira tout ce qui, comme moi, adore apprendre tout en vibrant avec les personnages. En toute modestie, je lui accorde un très bon 17/20.

Merci encore à livraddict et aux Edtions JC Lattés pour cette découverte.

2 commentaires:

  1. Ça m'a l'air bien sympa tout ça ! J'adore ce genre de romans historiques !

    RépondreSupprimer
  2. Connaissant tes gouts, je n'en pas du tout ;)

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page