dimanche 31 octobre 2010

Shutter Island de Dennis Lehane


Résumé : Nous sommes dans les années cinquante. Au large de Boston, sur un îlot nommé Shutter Island, se dresse un groupe de bâtiments à l'allure sinistre. C'est un hôpital psychiatrique pour assassins. Le Marshal Teddy Daniels et son coéquipier Chuck Aule ont été appelés par les autorités de cette prison-hôpital car l'une des patientes, Rachel Solando, manque à l'appel. Comment a-t-elle pu sortir d'une cellule fermée à clé de l'extérieur ? Le seul indice retrouvé dans la pièce est une feuille de papier sur laquelle on peut lire une suite de chiffres et de lettres sans signification apparente. Oeuvre incohérente d'une malade ou cryptogramme ? Progressivement, les deux policiers s'enfoncent dans un monde de plus en plus opaque et angoissant, jusqu'au choc final de la vérité.

Mon avis : Depuis quelques mois, ce thriller a beaucoup fait parler de lui aidé de plus par l'adaptation cinématographique qui a pour acteur principal Leonardo Di Caprio. Je n'ai pas encore eu la chance de le visionner mais c'est prévu. J'avais profité du Book Club de livraddict du mois de Septembre pour le lire mais j'avais du le mettre en pause. un mois plus tard, j'ai voulu le reprendre mais me suis dit que c'était sans doute beaucoup mieux de le lire d'une traite de peur d'avoir oublier des détails importants. je l'ai donc recommencé et le moins que l'on puisse dire est que je l'ai dévoré...

Sur ce livre, on peut dire que j'ai pris une grosse claque... L'intrigue est rondement menée. On ne parle pas de mort, d'assassinat mais d'une simple disparition quasi impossible. L'action se déroule sur l'île de Shutter Island où seul est bâti un hôpital psychiatrique pour les déments à tendance meurtrière... Au début, cela reste relativement classique : deux inspecteurs débarquent sur l'île pour retrouver cette jeune femme, les énigmes et les interrogatoires s'enchainent et on se rend vite compte que les choses ne sont pas si simples qu'il n'y parait.
Là où Dennis Lehane excelle est dans l'ambiance dérangeante qu'il transmet. C'est plutôt glauque, flou et on se sent toujours envahit par la folie ambiante des patients comme une contagion. Le rythme est assez soutenu bien que les actions ne soient jamais très rocambolesques. Plus on en apprend et plus on se questionne. C'est d'une habileté rare!
J'aimerais vous parler plus en détail de l'intrigue mais je serai obligé de révéler des éléments de l'histoire ce qui n'est pas le but. Cependant, puisque c'est l'objet de tous les débats, sachez que pour moi, la fin est pas si trouble que cela, je ne vois pas comment l'une des hypothèses peut tenir la route alors j'ai d'énormes convictions sur l'autre. Maintenant, il faudrait demandé à l'auteur en personne pour de plus amples renseignements...

Les personnages sont aussi des points forts de ce roman. On suit donc un tandem de marshals chargés de retrouver les traces de cette étrange femme. Ce qui est vraiment très bien mis en valeur c'est leur complémentarité. Chacun ses forces, ses faiblesses mais au bout du compte, le duo est efficace. Je n'ai pas vraiment de préférence. Teddy est assez froid, a un sens de la répartie très développée mais son passé le hante. Il a vécu la mort de ses compagnons pendant l'armée, il a tué des soldats adverses et surtout, a perdu sa femme. On le snet mal, toujours sur la brèche. J'ai adoré ce personnage surtout lorsqu'il se lance dans des joutes verbales, c'est particulièrement cinglant.
Chuck est beaucoup plus détendu. Son passé, même s'il a vécu la guerre, est plus léger. Il a un sens de l'humour particulier mais, au milieu de cette ambiance étrange, son humour a parfois réchauffé l'atmosphère. Il est quand même mystérieux et semble caché des choses...

L'écriture de Dennis Lehane, sans être incroyable est vraiment prenante. il a le sens de la nécessité et sa grande force réside dans l'ambiance qu'il crée. il met mal à l'aise son lectorat en parlant de choses terribles avec un certain détachement, une légèreté qui semble inapproprié mais qui est voulue. Il sait comment nous tenir en haleine et ça marche.

Un incroyable thriller c'est le seul résumé qui me vient en tête. J'ai vraiment tout adoré dans ce roman qui figure quasiment en tête de mes lectures, aussi peu nombreuses soient-elles, du genre. Je ne suis qu'un novice en la matière mais pour le coup, je suis conquis ! Je lui donne donc un 18/20.

La Communauté du Sud, tome 3, Mortel Corps à Corps de Charlaine Harris

Résumé : Revoilà Sookie Stackhouse, la jeune serveuse télépathe de Chez Merlotte, dans une aventure pour le moins singulière : lasse de supporter l'indifférence de Bill, son beau vampire parti en voyage, elle part enquêter au sein de la pègre des suceurs de sang. Aidée d'un loup-garou, qui fait naître en elle des désirs insoupçonnés, elle doit retrouver Bill, kidnappé par une ancienne amante - une vampire sexy en diable - et faire taire sa jalousie, tout en esquivant les avances d'Eric, le dangereux et séduisant Viking mort depuis plus de mille ans...

Mon Avis : Avec tous ces cycles bit lit que j'ai en cours, je suis maintenant capable d'avoir certains points de comparaison et je dois bien dire que cette saga est bien en dessous des autres ou au moins des meilleurs. Maintenant, lorsqu'on part sur le principe que c'est une lecture très détente, cela reste agréable.

Au point de vue de l'histoire, encore une fois, c'est une organisation assez étrange. On a toujours deux intrigues plus ou moins liées. on commence sur l'une, on continue pendant longtemps sur l'autre et on clos le tome sur la première... Les trois tomes sont plus ou moins comme cela et ça donne une impression fouillis.
Sinon, l'intrigue est intéressante mais peu palpitante. Bill a disparu, on est quasi sur qu'il s'est fait kidnappé et bien que les motivations soient obscures, les coupables semblent désignés dès le début... Du coup, cela enlève beaucoup de suspens et entraine une perte d'intérêt. Seule la conclusion de l'histoire est moins facile à entrevoir.
Cependant, c'est agréable, on étend notre bestiaire avec la rencontre de loups-garous dont un vraiment convaincant du nom de Lén que j'espère recroiser par la suite. La trame est relativement bien ficelée sans pour autant innover. on reste dans un esprit détente qu'il faut garder pour apprécier.
Détail par contre qui m'a interpelé, Sookie était dans les tomes précédents éperdument amoureuse de Bill et là, dès le début, on sent que leur relation est friable... Étrange revirement de situation qui aurait mérité une transition plus soignée.

Contrairement à l'intrigue, les personnages sont les points forts de ce tome. Sookie a pris de la maturité, on l'a sent plus expérimentée, moins hésitante dans ses décisions. Cependant, un détail totalement dérangeant : elle s'adresse souvent à nous, cela pourrait être avantageux mais c'est souvent pour nous faire part qu'elle se sent idiote, qu'elle a fait une bourde etc. Cela occasionne de nombreuses coupures intempestives au cœur de l'action m'agaçant au plus haut point. Ceci dit, je l'apprécie plus qu'avant, elle est moins "cucu" et gagne en profondeur.
Bien sur, on retrouve la plupart des autres vampires : Bill que l'on voit très peu puisqu'il est en captivité n'a pas tellement changé du coup, il est même décevant, toujours très possessif et le changement de situation avec Sookie n'arrange rien. Il y a bien évidemment Eric, que l'on rencontre beaucoup plus et qui est pour le moment le personnage le plus complet et le plus charismatique. Il en pince toujours pour notre héroïne et met tout en œuvre pour qu'elle succombe. Il y a aussi Pam avec son humour sarcastique comme je les aime.
Dans les nouveaux protagonistes, je n'en retiendrai qu'un : Lén. C'est un loup-garou désigné pour aider Sookie à retrouver les traces de Bill. Il est intelligent, simple et va partager une relation complexe avec la télépathe.

Le style est encore une fois assez peu soigné. On vire parfois dans la vulgarité ou alors dans un langage familier trop poussé. C'est clair, certes, mais cela manque de recherches. J'aime la légèreté mais là c'est trop...

Vous l'aurez compris, ce tome n'a pas remonté la côte de la saga, c'est même le contraire. J'ai été un peu sévère mais il y a tellement de bonnes sagas que les comparaisons sont inévitables. Cependant, je l'ai lu très vite, je ne me suis pas vraiment ennuyé mais détendu donc je continuerai tout de même. J'attribue la note de 12/20 à ce tome.

jeudi 28 octobre 2010

Vampire Story, tome 1, 13 Balles dans la Peau de David Wellington

Mon Avis : Avec ma piètre organisation depuis le début de l'été, j'avais totalement oublié de publier mon avis sur mon tout premier roman classé horreur. Comme en film, je ne suis pas attiré par ce genre pour cause de frousse avérée... Cependant, je me suis décidé, grâce à mes amis livraddictiens souvent conquis par ce titre et réussi à mettre mes appréhensions de côté... Le moins que l'on puisse dire est que j'ai été séduit par cette première expérience.

L'histoire ne peine absolument pas à démarrer, on plonge directement en plein cœur de l'action avec une attaque d'un vampire assez désastreuse. Ici, ne vous attendez à trouver des vampires ténébreux pleins de charme et de testostérone. Non, ils sont monstrueux, dépourvus du moindre sentiment humain et n'ont qu'une motivation : la destruction... David Wellington bouscule toutes les conventions en les rendant presque indestructibles : finis l'ail, l'eau bénite et bien d'autres...
L'intrigue est particulièrement bien ficelée, bien rythmée mais avec un petit bémol : les temps morts entre les actions trainent parfois en longueur diminuant l'intensité et l'intérêt. Cependant, comme c'est un premier tome, ce détail a de grandes chances d'être gommé, les bases n'étant plus à poser. Autre léger défaut, l'enquête n'est pas originale et assez prévisible. Les seuls détails manquants étant dus à des personnages rencontrés plus tard dans l'histoire, c'est dommage un suspens plus conséquent aurait renforcé la noirceur du roman. Ceci dit, les scènes d'actions et les rebondissements sont plus que convaincants et promettent pour la suite de la saga!

Pour vivre cette horrible histoire, nous suivons les traces d'un duo de policiers : Laura Caxton, personnage central de l'histoire et son partenaire, Arkeley. Ces protagonistes sont assez intéressants si on excepte le fait qu'ils soient un peu caricaturaux. En effet, la première, malgré quelques faiblesses, est une flic comme on en voit dans le films ou dans les livres : pourvue d'un caractère fort, elle est plutôt masculine et ne se laisse pas démontée par cet univers macho. Elle fonce tête baissée vers le danger alors que face aux vampires, elle n'a que très peu de chances. Elle partage sa vie avec une autre jeune femme, Denna, depuis de nombreuses années. Son côté garçon manqué est assez appuyé rendant encore plus poignant ses instants de faiblesse.
Arkeley, lui, dispose d'une expérience riche en massacre de vampire. D'ailleurs, c'est l'un des seuls qui soient spécialisé en la matière. Il aiguillera souvent Laura dans ce monde barbare pour qu'elle puisse survivre et pourquoi pas tuer. Il est assez sombre, ténébreux et semble avoir un passé chargé. A part son côté déjà vu, il est très intéressant à suivre.

Côté style, on reste dans du classique, approprié au genre. Wellington n'hésite pas à nous donner des détails peu ragoutants mais sans que cela ne devienne malsain. Tout est clair, il met en place très vite les repères et sait élevé le rythme pendant les scènes d'action. Par contre, j'aime qu'il y ait une empreinte personnelle dans l'écriture, chose qui m'a manquée ici.

Après toutes ces appréhensions sur le genre, je me surprends à apprécier l'horreur. Cela ne me choque pas plus que ça. De plus, ce livre est une très bonne initiation au genre avec toutes les composantes d'un bon roman. Avec une intrigue plus surprenante, je serai définitivement conquis. Un premier note qui mérite la note de 15/20.

lundi 25 octobre 2010

Vampires Academy, tome 1, Soeurs de Sang de richelle Mead

Résumé : « Peut-on vraiment garder des secrets au sein de la Vampire Academy ?
La Vampire Academy est en émoi. Dans ce lycée pour les vampires, les rumeurs les plus folles courent sur les raisons de la fugue de Lissa et Rose.
Lissa et Rose ont toujours été inséparables : Rose doit repousser les attaques des Strigoïs, vampires féroces et immortels, à l’encontre de son amie Moroï, une race de vampires mortels qui puisent leur magie de la terre. Qu’a-t-il bien pu leur arriver avant d’être ramenées de force ? »

Mon avis : Quand vais-je avoir la force de me raisonner? A chaque fois que je lis le premier tome d'une saga (alors que celles en cours sont légions) , c'est toujours la question que je me pose. Dans ce genre récent pour moi, j'en ai déjà un certain nombre mais je ne tourne pas en rond. Je connaissais déjà ce titre de réputation notamment par ses ventes à l'étranger et l'auteur par les sagas Succubus et Cygne noir mais je voulais commencer par celle-ci étant d'une part la plus connue et pour faire honneur au nouveau label Castelmore d'autre part. Sans être un véritable coup de cœur, je mets pleins d'espoirs dans le cycle et me jetterai sur chaque nouveau tome!!

Tout d'abord, je vais vous parler de l'univers, point fort original de ce roman. Je ne rentrerai pas dans les détails mais dresserai les grandes lignes. Richelle Mead a totalement refondu le mythe vampirique pour en faire un univers totalement à part entière. Les vampires sont donc divisés en deux catégories : les Moroïs, se battant du côté du bien ayant le handicap d'être mortel mais la capacité de controler la magie et leurs ennemis jurés, les Strigoïs qui sont immortels mais dépourvus de magie. Le premier peuple est dirigé par douze familles royales dont l'une, les Dragomir, est celle de Lissa, l'une des deux héroïnes.
Pour contrer la puissance des Strigoï, les Moroïs disposent d'alliés de poids : les Dhamphirs. Ils sont mi-vampires mi-humains et même s'ils ont perdu toute la magie vampire, ils ont des capacités physiques bien supérieurs aux humains. Rose, l'héroïne narratrice de cette saga fait partie de ce peuple. Leur rôle principal est d'assurer la protection des Moroïs qui restent plus en retrait question affrontement. A l'issue de la formation à l'académie, les dhampirs sont désignés gardiens assignés à un Moroï.

L'histoire commence d'une manière plutôt atypique car nous arrivons à la fin de la fuite de nos deux jeunes héroïnes qui avaient quittées l'académie deux ans auparavant. Dès les premières pages, elles y sont reconduites de force si bien qu'on se demande si l'histoire est bien lancée. Après quelques altercations, elles reprennent leurs formations avec plus ou moins de difficultés. Dans l'académie, peu de choses ont changé, les descendants des familles royales "règnent" sur les autres élèves avec leur arrogance et leur mépris, elles ont gardé les mêmes affinités avec leurs camarades... surtout les garçons. Ce début d'histoire est assez plat à vrai dire à part le moment de l'embuscade. On enchaine les dialogues sans savoir réellement où l'on va.
Durant toute la première moitié environ, on va successivement de petites intrigues vers d'autres sans jamais définir une ligne principale : une Moroï dont elles ne se souvenaient pas les déteste, Lissa retrouve des animaux morts, elles se rapprochent chacune d'un garçon... C'est intéressant, assez drôle mais cela manque cruellement de fond et ça part dans tous les sens... "Où est la véritable histoire?" Je n'ai cessé de me poser cette question durant toute cette partie...
Et puis il y a eu une sorte de déclic, je ne saurais dire à quel moment exactement mais mon intérêt a grimpé exponentiellement et j'ai littéralement adoré la suite. Il y a énormément de rebondissements, des révélations inattendues et tout s'enchaine très vite et à merveille. Ainsi, j'attendais une fin en véritable apothéose et en fait, même si elle est de grande qualité, elle est un peu succincte. Je n'ai pas été déçu mais j'en voulais encore plus. En revanche, je n'ai pas vraiment dégager une intrigue plus importante que les autres, c'est assez étrange. J'espère en voir une dans le prochain tome.
Cela peine à démarrer mais une fois lancé, c'est jouissif!!

les personnages sont assez nombreux mais l'auteure s'y prend à merveille pour qu'on puisse poser nos repères. Il y a tout d'abord la narratrice, la dhampir Rose. J'ai apprécié cette héroïne téméraire qui nourrie une profonde amitié pour la Moroï Lissa qu'elle est censée protéger. C'est la forte tête, celle qui prend la plupart des décisions. Elle manque cruellement de subtilité et a un don remarquable pour s'attirer des ennuis. L'autre personnage principal est bien entendu la jeune Moroï, Vasilia surnommée Lissa, de la maison royale des Dragomir. Elle a perdu ses deux parents ainsi que son frère quelques années auparavant et de ce fait est restée fragile, émotive voire dépressive. Elle aussi considère sa future gardienne avec une amitié fraternelle et se laisse souvent guidée par Rose.
Je trouvais de prime abord que chacune était "piégée" dans un caractère spécifique toujours à l'inverse de l'autre de manière très stéréotypée et puis, à un moment donné, Rose a une faiblesse et Lissa reprend de suite les choses en main. J'avais un peu peur de rester dans cette opposition totale de caractère surfaite et finalement, l'auteure a rectifié le tir.
Ce qui est le plus intéressant chez elles est un lien qui les unit. Au début, on pourrait penser que ce soit une simple mais profonde amitié et on se rend vite compte qu'il y a une part de magie dans cela qui est l'une des bases de l'histoire mais je n'en dirai pas plus...
Comme je l'ai déjà dit, beaucoup de personnages secondaires jalonnent le roman mais seulment deux sont, pour moi, ressortis du lot. Il y a d'abord Dimitri, un gardien muté de Sibérie pour protéger Vasilia qui s'avère être un guerrier hors pair. il est assez ténébreux, mystérieux et semble avoir un passé chargé. Il est en premier lieu glacial, peu bavard mais on apprendra à le découvrir au fil du récit. Mon deuxième protagoniste intéressant est Christian qui a un passé horrible, ses deux parents étant devenus des Strigoïs puis assassinés. Il est lui aussi de sang royal mais affiche un certain penchant pour la solitude, les sarcasmes et la méchancetés. Tout comme Dimitri, il se révélera au fur et à mesure. j'espère qu'ils nous réservent tous deux encore de bonnes surprises.

Richelle Mead a une réputation dans le genre qui n'est plus à faire et je comprends la raison lorsque je vois à quel point son écriture est agréable. Bien qu'elle emploie beaucoup le dialogue, tout est décrit judicieusement. De plus, la narratrice, Rose, nous communique très souvent son ressenti (et celui de Lissa mais je vous laisse découvrir comment^^). C'est très fluide, très conci tout en restant très simple d'accès.

Après un début légèrement laborieux, j'ai fini par me plonger dans cette histoire très riche et très rocambolesque. La principale qualité réside dans l'originalité de son univers mais j'attends de voir une meilleur ligne directrice à l'histoire pour vraiment adoré. Je me contente de constater un potentiel. Lissa et Rose sont deux héroïnes intéressantes, parfois surprenantes et je serai ravi de les retrouver. Un premier tome prometteur qui mérite un bon 16/20.

dimanche 24 octobre 2010

Harry Potter, tome 6, Le Prinde de Sang Mêlé de J.K. Rowling


Résumé : Dans un monde de plus en plus inquiétant, Harry se prépare à retrouver Ron et Hermione. Bientôt, ce sera la rentrée à Poudlard, avec les autres étudiants de sixième année. Mais pourquoi Dumbledore vient-il en personne chercher Harry chez les Dursley ? Dans quels extraordinaires voyages au cœur de la mémoire va-t-il l'entraîner

Mon avis : Les aventures de Harry se suivent et se ressemblent. Non, rassurez-vous, ce n'est pas un reproche, c'est dans leurs qualités que les tomes se rapprochent. Depuis quelques temps, je redécouvre cet univers incroyable créé par J.K. Rowling. J'aime autant que les premières fois que je les ai lu voire pour certains plus et pour certains... moins! En effet, je reste toujours autant convaincu par la saga mais pour ce tome, quelques détails ont parasité ma lecture...

Il va être relativement complexe de décrire avec exactitude ce qui m'a moins plu dans ce tome par rapport aux autres et surtout par rapport à ma première lecture. Je pense que c'est avant tout le rythme plus lent de l'histoire qui m'a interpelé à part dans les cent dernières pages, extraordinaires soit dit en passant.
Ce tome est donc réparti selon trois grands axes : le premier, ce sont les cours particuliers qu'offre à Harry le professeur Dumbledore qui consistent essentiellment à retracer le passé de Lord Voldemort pour le connaitre et cibler ses faiblesses. L'autre tourne autour d'un mystérieux livre scolaire de potion découvert par Harry comportant de nombreuses annotations rédigées par un certain "Prince de Sang-Mêlé". La curiosité de notre héros va le pousser à découvrir qui se cache sous cette identité. Enfin, le troisième est un complot que semble fomenter Malefoy et que seul Harry semble croire. Certes, absolument tout est intéressant mais on reste beaucoup dans l'information et non dans l'action. De plus, le récit est agrémenté d'une dose trop conséquente de dialogues qui ont, pour une fois, une fâcheuse tendance à tourner en rond surtout sur les sentiments de Harry et les reproches de Hermione...
Il faut dire aussi qu'il n'est pas tourné de la même manière. Ici, on sait qu'il se passe quelque chose sans que cela se dessine exactement. On est conduit comme dans les polars dans des pistes erronées et d'autres nous échappe totalement. On apprend au fur et à mesure des éléments du complot qui restent insuffisants pour ne pas être surpris par l'incroyable fin qui, je pense, avait obscurcit le manque d'action lors de ma première lecture tant on ne s'y attend pas. Aussi, comme je n'ai pas eu le même effet de surprise, j'ai pu me rappeler plus ce qui m'a gêné avant le dénouement.

Sur le plan des personnages, je n'ai pas trouvé de changement fondamental par rapport au précédent pour notre trio héroïque. Hermione m'a parue de nouveau agaçante dans son esprit d'être toujours la meilleur élève. Elle affiche aussi une affection pour Ron des plus étranges, elle ne l'explicite jamais mais agit de manière inhabituelle. Alors qu'elle devenait plus rebelle, elle est soudain retombée dans ses mauvais travers.
Ron est plus ou moins en retrait ici, il est toujours en compagnie de Lavande Brown qui ne sépare jamais de lui pour l'embrasser démesurément. Il affiche un comportement assez puéril et j'ai eu parfois la brusque envie de le secouer ou alors de lui ouvrir les yeux...
Ses deux amis plus insupportables, Harry s'isole plus et en profite pour mener son investigation seul contre tous car personne ne pense que ses doutes sont justifiés. Il affiche donc une détermination époustouflante et un esprit plus aiguisé lorsqu'il s'agit d'anticiper pour éviter les catastrophes. En revanche, ses tergiversations amoureuses m'ont semblé trop nombreuses. Même si son âge l'excuse, cela m'a vraiment ennuyé même si j'ai apprécié la conclusion.
Les nouveaux personnages ne sont pas légions et n'ont pas été de grandes révélations pour moi. On a d'abord le nouveau ministre de la magie, Scimgeour, en apparence plus compétent que Fudge mais qui cache un côté manipulateur détestable. Le nouveau professeur de potions, Horace Slughorn est lui assez jovial, sympathique mais a une désagréable attirance pour l'élite et les célébrités qui 'ont fait penser à des professeurs que j'ai eu et dont je détestais le comportement...
Je trouve donc que Rowling n'a pas soigné au mieux ses héros et ses nouveaux personnages dans ce tome...

Côté style et écriture, pas de différence notoire, c'est toujours de la perfection pour le registre Jeunesse avec une qualité que j'aime à savoir cet humour toujours très bien venu. Sa plume permet d'être très proche des émotions des personnages comme si on les connaissait.
Peut-être suis-je un peu sévère, mais attention, cela reste ma saga Jeunesse numéro un et ce tome ne modifiera en rien mon point de vue! Cependant, le rythme est assez lourd et les dialogues abordent des sujets redondants. Au niveau des personnages, c'est moins bien soigné si bien que les principaux peuvent énervés et les nouveaux détestés. Heureusement, une fin incroyable ponctue l'aventure. Un tome qui mérite un 16/20.

jeudi 14 octobre 2010

Rachel Morgan, tome 1, Sorcière pour l'Echafaud de Kim Harrison


Résumé : Sexy, chasseuse et... sorcière ! Rachel Morgan est une jeune trentenaire comme les autres... mais il ne faut pas se fier aux apparences : c'est une sorcière ! Elle a mis ses sortilèges au service des flics de Cincinnati car vampires, garous, fées et autres créatures de la nuit ont fait leur coming out ! Mais tout ça, c'est fini. Après sept ans passés à traquer les criminels qui se cachent parmi les êtres magiques, Rachel Morgan démissionne et lance sa propre agence. Le seul problème, c'est que personne n'est censé quitter cette police très spéciale, et Rachel se retrouve illico traquée par des tueurs munis d'un bel assortiment de malédictions bien vicieuses. Le seul moyen de s'en sortir ? S'associer avec une vampire envoûtante et pour le moins inquiétante... et faire tomber le baron de la drogue local. Mais question danger, c'est passer de Charybde en Scylla...

Mon avis : Il semblerait que ce mois soit placé cette fois sous le signe de la bit lit. Après Harry Dresden et Cassandra Palmer, je me suis tourné vers une magicienne en la personne de Rachel Morgan. J'avais pas mal entendu parler de cette héroïne sans jamais faire le premier pas. J'ai donc une nouvelle fois profité d'une lecture commune pour engager ma lecture.

Tout commence lorsque notre chère héroïne décide de quitter son travail en tant que Coureuse du SO, sorte de détective à force de missions ne correspondant pas à son niveau. Tout ce serait bien passer si son ex-partenaire, Ivy la vampire, n'avait pas décidé de la suivre dans son départ. En effet, elle est considéré par tout le bureau comme LA meilleure coureuse. Ne pouvant pas la tuer, le SO décide de mettre la tête de Rachel à prix... Elles vont ensuite s'associer, Rachel pour gagner la protection d'Ivy et la vampire pour la remercier. Avec elles, il y aura Jenks, un pixie qui fera beaucoup parler de lui.
L'intrigue n'a rien de très original mais c'est efficace. Les tableaux d'actions s'enchainent admirablement et on ne voit pas défiler les six cents pages. Certains chapitres sont très mouvementés mais on arrive toujours à trouver ses repères et on est pas submergé par le rythme. Un bon point qui est des fois mal exploité dans le genre.
L'énorme aspect original de ce livre réside dans le fait que leur monde est basé sur une uchronie. En effet, les romans bit-lit sont dans notre réalité à laquelle est ajoutée la présence des créatures surnaturelles. Or, le monde de Rachel a changé dans la première moitié du siècle dernier où une épidémie biologique a décimé une bonne partie de la population. Les Outres (créatures surnaturelles) en ont ainsi profité pour se révéler car ils ont mieux résisté à la maladie si bien que leur nombre s'est équilibré avec les hommes normaux. J'ai vraiment adoré cette particularité renforçant irrémédiablement mon intérêt pour le livre. L'univers est assez riche et décrit sans toutefois que l'on se perde dans pleins d'explications. On rencontre tout un pletor de créatures allant du vampire au garou en passant par le démon...
L'ambiance est très légère même dans les situations désespérées. Parfois, j'ai même beaucoup ri avec toutes les réflexions du pixie... J'ai parfois regretté des longueurs après les scènes d'action. On est totalement plongé dans les scènes d'action mais lorsqu'elles s'achèvent, on se perd dans des dialogues infinissables. L'histoire y aurait gagné avec quelques raccourcis.

Rachel Morgan est une héroïne avec un caractère franc, un sens de l'humour atypique et une témérité exemplaire. Malheureusement, elle ne sort pas spécialement de l'ordinaire et lorsque je parle d'elle, j'ai l'impression de parler de pas mal d'autres... Je l'ai bien apprécié mais il lui manque un je ne sais quoi d'originalité, une empreinte bien à elle.
En revanche, les personnages secondaires sont hauts en couleurs! Je ne parlerai pas de tous mais des principaux car ils sont de gros atouts dans l'histoire. il y a tout d'abord sa collaboratrice, la vampire Ivy qui a un charisme démesuré, une prestance incroyable, une froideur qui s'étend au delà du livre... Un poil trop irascible, j'ai quand même adoré ce personnage.
Il y aussi le rocambolesque pixie, Jenks qui a le don de ne pas faire dans la dentelle... Il est relativement vulgaire et j'avoue que ses réparties colorées m'ont fait souvent éclatées de rire.
Dans la deuxième moitié du livre, on rencontre Mike, un jeune humain qui a une connaissance approfondie du monde surnaturel. Il est assez simple mais a son petit charme qui risque de plaire à notre sorcière.
Le "méchant" le plus charismatique est sans conteste Trent, un milliardaire généreux en apparence qui cache un sombre côté. Il est très lié avec le surnaturel sans que l'on sache ce qu'il est. un grand mystère plane autour de lui et j'espère le revoir. Des échanges épicés avec notre héroïne jalonnent le roman!

L'écriture de Kim Harrison est simple, légère mais on reste dans un registre bien écrit et très plaisant. Elle manie à merveille les phrases pour que le rythme soit élevé tout en préservant les repères. Ses descriptions sont concises et efficaces. On regrette cependant qu'elle se laisse parfois aller à des dialogues sans fin...

Un très bon roman du genre qui promet une saga exemplaire. Il dispose de sa touche d'originalité que je cherche tant dans le genre, des personnages très intéressants et une écriture efficace. Vivement la suite!! Un tome qui vaut 16/20!

mardi 12 octobre 2010

Cassandra Palmer, Tome 1, Le Seuil des Ténêbres de Karen Chance

Résumé : Cassandra peut communiquer avec le monde des esprits, talent qui lui vaut l’intérêt des morts et des non-morts. Elle n’a pas de souci avec les premiers, même s’ils sont parfois collants, mais elle préfère éviter les seconds.
Pourtant, lorsque le suceur de sang mafieux à qui elle a échappé retrouve sa trace, elle est obligée de réclamer la protection du Sénat des vampires. Mais cette aide n’est pas gratuite : ayant été élevée par des vampires, Cassie sait d’expérience que leur prix ne sera pas le sien…

Mon Avis : Une nouvelle saga bit lit a vu le jour chez Milady il y a quelques semaines pour mon plus grand bonheur. Il faut dire que depuis la création du label, le genre prolifère et c'est tant mieux. Sur certaines sagas, je rattrape mon retard et c'est pour cela que j'ai voulu lire celui-ci dès sa sortie pour ne pas accumuler des sagas avec plusieurs tomes déjà parus. Ce que je peux vous dire c'est que celle-ci promet...

Cassandra Palmer porte bien son nom car si vous connaissez la mythologie grecque, Cassandre était une voyante condamnée par Apollon à prédire l'avenir sans jamais être crue. Mlle Palmer a quant à elle reçu le don de voyance à sa naissance et le maitrise plutôt bien. Malheureusement, ce don lui a valu un intérêt particulier d'un maitre vampire, Tony, qui a fait assassiner ses parents pour l'élever et profiter de son pouvoir. Depuis quelques temps, elle a réussi à fuir mais bien entendu, il veut la récupérer...
J'ai particulièrement apprécier cette héroïne qui n'a pas peur d'affronter des êtres bien plus forts qu'elle. Cependant, elle a une fâcheuse tendance à accumuler la malchance ce qui lui vaudra des rencontres peu plaisantes. Avec son habitude de vivre dans le milieu des vampires et autres garous, elle n'est pas effrayée. Bien que moins forte, lorsqu'il faut affronter verbalement un sorcier de guerre, elle répond tout de même présente.
Côté coeur, c'est un peu la catastrophe : ayant vécu quasiment toute sa vie au milieu de créatures surnaturelles, elle n'a pas pu faire des rencontres avec des hommes "normaux". Mais cela va assez vite s'arranger avec tout un tas d'hommes qui lui courent après. Dans une de ses amulettes vit un fantôme du nom de Billy Joe qui a des légères tendances perverses ce qui provoque des échanges avec Cassie assez drôles.
Ce que j'ai adoré dans cette saga est que la plupart des maitres vampires que l'on rencontre sont des personnages historiques connus. On y verra ainsi Cléopâtre, Raspoutine le grand méchant, les frères de Dracula etc. L'un des frères est l'un des personnages le plus captivant de ce tome, Mircea, maitre vampire, car il va faire en sorte que Cassie succombe à son charme. Il est très charismatique, beaucoup de charme et une dose d'humour. Les autres personnages secondaires sont aussi très biens notamment Tomas même s'il me déçoit à la fin et Louis-César, le champion français.
Les personnalités travaillées de chaque personnage est sans doute le plus gros point fort de ce premier tome.

Le déroulement de l'intrigue est peut-être le point faible de ce roman. Elle n'est pas inintéressante, loin de là, mais se retrouve parfois dans une action complétement confuse où l'on a tendance à se demander qui fait quoi. Du coup, il m'est arrivé quelques fois de faire quelque chose dont j'ai horreur : revenir en arrière pour comprendre l'action dans sa globalité... Au delà de ça, c'est particulièrement rythmé, les péripéties s'enchainent avec des rebondissements assez convaincants. Seul le final m'a un peu déçu car on en attend beaucoup et au final, ce n'est pas le passage le plus rocambolesque.
C'est par son ambiance que ce livre m'a surtout séduit. En effet, au delà de l'action, tout reste assez sombre, mystérieux. On s'interroge sur tous les personnages qui sont tout le contraire de manichéens.
Comme tout bit lit qui se respecte, certains passages font monter la température par leur dose de sensualité pour ne pas dire de sexe et ce que j'ai apprécié dans celui-ci, c'est que c'est assez explicite tout en étant pas de trop, c'est très bien tourné. On entre jamais dans la vulgarité, toujours dans la sensualité.
L'univers est très riche car on approfondit chaque sorte de créature, tout est bien expliqué, on a des passages historiques pour situer les personnages "connus" etc. Rarement un univers du genre est si élaboré et j'espère que cela continuera par la suite.

Pour un roman bit-lit, j'inscrirais celui-ci dans la case "bien écrit". En général, le ton est très léger, familier voire vulgaire alors qu'ici, on reste dans un registre courant, très fluide même si certains dialogues sont peu catholiques... Karen Chance manie très bien la descritpion et sait doser à merveille ses dialogues.

Voilà donc une saga bit lit qui s'annonce très bien avec son héroïne intéressante et son univers dense. Il reste cependant à gommer les quelques confusions dans l'action et ce serait excellent. A suivre donc dans les prochaines semaines!! Un tome que j'ai aimé et qui mérité un bon 16/20!

vendredi 8 octobre 2010

Les Dossiers Dresden, tome 1, Avis de Tempêtes de Jim Butcher

Résumé : Harry Dresden est le meilleur. Techniquement, c'est même le seul dans sa "catégorie" : c'est un magicien, un vrai. Aussi, lorsque la police de Chicago se trouve devant un cas qui dépasse ses compétences, c'est vers lui qu'elle se tourne. Car notre monde de tous les jours regorge en fait de choses étranges et magiques - dont la plupart ne s'entendent pas très bien avec les humains. C'est là qu'Harry entre en scène...

Mon Avis : Depuis la fin de l'année passée, on pourrait dire que je suis devenu un mordu de bit lit... C'est vrai que j'en ai déjà pas mal à mon actif mais non je ne suis pas grand fan. On va dire que je suis très attiré par tout ce qui tourne autour de l'imaginaire et en général, contrairement à la fantasy pure ou à la SF, le genre bit lit est souvent écrit dans un langage simple voir familier ce qui me permet d'avoir sous la main toujours une lecture détente. Cela fait un certains temps que je souhaitais le lire car au milieux de toutes ces héroïnes, Harry Dresden doit bien se sentir seul...

Comme je viens de le dire, le genre met à 95% en scène des femmes assez sexy, en mal d'amour et avec des pouvoirs. Ici, peut-être parce que l'auteur est un homme, on suit les péripéties d'un magicien, Harry Dresden, détective à son compte qui travaille cependant souvent en collaboration avec la police. J'ai beaucoup aimé ce personnage car il représente un anti-héros parfois héros qui mène bien ses enquêtes mais qui accumule d'un autre côté de la malchance et des bourdes... Il a, même dans les situations les plus complexes, toujours une petite phrase d'humour à sortir et je dois avouer que je me suis surpris à rire plusieurs fois. J'ai aussi beaucoup apprécier son rapport assez délicat avec les femmes. Certes il manque de chance mais il n'est pas foncièrement doué... Sinon j'ai bien le paradoxe entre sorcier très puissant et homme normal. Il n'a pas l'allure d'un surhomme, il agit comme "monsieur tout le monde" et pourtant il déborde de pouvoir et sait en faire usage en temps voulu.
Du côté des personnages secondaires, peu de choses à dire car il y en a beaucoup mais on s'y perd pas car on les rencontre souvent un par un. J'ai beaucoup aimé un chapitre où l'on rencontre un pixie nommé Tut Tut qui est très drôle. Sinon, ça reste assez conventionnel pour ne pas dire cliché : "Murph" la flic au caractère bien trempé assez irascible ou encore la journaliste dévorée par la curiosité. J'ai bien aimé en revanche Monica, la femme qui lui demande le contrat qui est très fragile mais qui veux protéger à tout prix ses enfants.

Sur le plan de l'intrigue, le début est assez confus car on part sur deux enquêtes distinctes et on se demande parfois laquelle on suit... Plus tard, elles se rejoigne,nt ce qui m'a bien surpris d'ailleurs et ça devient très clair et très concis. Malgré de nombreux dialogues, le rythme est très intense. Il se lit très vite de par la pagination restreinte mais en plus, la deuxième moitié va de rebondissements en rebondissements et le suspens est omniprésent.
Comme cela se rapproche du polar parlons de l'enquête. Je dirais que c'est une légère faiblesse car ce n'est pas très poussé. Cependant, j'ai été surpris car je n'ai pas du tout réussi à dégager une piste et je n'ai pas vu venir le dénouement. C'est donc un très léger bémol avec quand même l'espoir que cela s'étoffe un peu.
L'univers est quand à lui assez riche. Harry nous prend souvent à part pour nous expliquer des principes magiques ou alors l'histoire de la magie en générale. On y croirait au vu de la sensation de proximité avec lui. De plus, le livre foisonne de créatures plus ou moins étranges et on retrouve des vampires, des pixies...

Côté écriture, c'est de la bit lit donc ne cherchez pas de la grande littérature. C'est très simple, à la limite du langage parlé. J'ai eu un peu de mal au début car c'est un peu trop familier voire vulgaire et puis ça s'est amélioré. Un point ni positif ni négatif car cela colle au genre et c'est ce que j'attends de ce genre de livres détente.

Grosso modo, on peut dire que ce premier tome est une légère surprise car j'en attendais beaucoup moins. C'est assez riche, le héros est rigolo et intéressant même si on peut regretter une enquête peu poussée. Il mérite un 15/20 pour moi.

lundi 4 octobre 2010

La Nuit des Temps de Barjavel


Résumé : Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

Mon Avis : Barjavel est sans conteste une des références denotre pays en terme de Science-Fiction et, en tant que fan du genre, je me devais de lire au moins un livre de lui. J'ai donc profité du challenge que j'ai organisé "tu es mal noté mon pauvre, on va arranger ça" qui consiste à faire remonter ou non la note d'un livre que l'on juge sous-noté. Après sondage, c'est donc ce livre qui l'a emporté. J'avais entendu beaucoup d'éloges sur ce titre qu'on hésite pas à qualifier de merveilleux ou encore incroyable. Le moins que je puisse dire c'est que je n'ai pas du tout adhérer à cette pensée...

Pour une fois, je vais parler en premier lieu des personnages car il est rare que je remarque cela dans un livre. Il n'y a aucun regard intérieur sur les protagonistes si bien qu'il est difficile de s'en intéresser. On a l'impression d'être une caméra qui se contente de noter ce qu'elle voit. Or, si j'aime les livres c'est avant tout parce que c'est un support qui permet de décrire des émotions, des ressentis qu'ont les personnages. Ici, rien de tout ça si bien que j'étais totalement spectateur de l'aventure. Aucun personnage si ce n'est Elea ressort de cette histoire, on croit parler d'un des membres de l'équipe de recherche puis on change vers un autre. Je ne peux pas aimer un livre qui met autant de distance avec ses personnages.
Le pire dans leurs relations est sans aucun doute les histoires d'amours. En effet, l'une (un docteur envers Elea, la survivante de la vieille civilisation) est totalement futile, elle arrive dans l'histoire comme un cheveux sur la soupe et n'apporte strictement rien. Si l'on veut, on peut pousser cet amour dans ses retranchements en disant qu'il représente un amour impossible ou encore l'extrapoler en prétendant que c'est une image pour parler de l'amour de notre civilisation envers la précédente... Cependant, supporter des pages entières de déclarations plus ou moins pompeuses ou mielleuses, s'en était bien de trop. D'ailleurs, l'autre amour est celui d'Elea à son époque avec son compagnon. Dans leur civilisation, ils étaient liés par un lien étrange qui les faisait passer toute leur vie ensemble. Tous les couples vivaient ainsi. Dans l'idée, c'est intéressant mais quand l'auteur nous parle de leurs sentiments, c'est digne des Harlequins... Je déteste ce genre de passages et encore une fois, ça n'a pas aidé ma lecture...

L'histoire, si je puis y trouver une qualité, est relativement originale. Normalement, la Science-Fiction tend vers le futur ou une approche d'un potentiel futur. Or, ici, Barjavel nous offre des pseudos-hypothèses sur le passé. Nous serions descendant d'un peuple ayant vécu un million d'années auparavant qui disposait d'une technologie bien supérieur à la notre. En y réfléchissant bien, bien que ce soit habilement mené, cela est quasi impossible car il y aurait eu d'autres traces de cela sachant qu'il y a eu une guerre atomique qui laisse sa trace dans les roches. Même si Barjavel n'avance pas une vraie théorie, je me pose dans ces cas là toujours la question de la crédibilité et ici, cela m'a une nouvelle fois donner un mauvais sentiment.
L'histoire est globalement scindée en deux parties : la première parle de toute l'expédition en Antarctique qui a mené à découvrir la structure où Elea et Coban étaient en sommeil. J'ai trouvé cette partie d'une longueur incroyable avec des scènes entre les scientifiques sans grand intérêt. Ce qui ressortait de positif était la gestion internationale de la découverte dans ce que cela pouvait apporter comme conflit, comme alliance ou encore comme bouleversement politique. Ce pendant, cet aspect étaient pas assez exploité par rapport à toutes les étapes de la découverte. C'est là que je me suis posé la question du genre vers lequel on tendait parce qu'il y a un peu de tout et au final, on ne sait plus trop ce qu'il reste : il y a de la science-fiction avec le côté haute technologie, il y a une aventure, il y a du romantisme et même, j'ai cru qu'on allait vers le policier avec tous les décès étranges... Bref, ça part dans tous les sens...
Dans la deuxième partie, on suit toutes les péripéties d'Elea et de sa civilisation qui l'ont mené à ce sommeil de 900000 ans. A part l'amour insipide avec son compagnon, cette partie m'a beaucoup plus plu de par toute l'humanité qui s'en dégage et surtout par la description de cette société en apparence parfaite mais qui cache la fatalité de la guerre et donc du désespoir. Il transparait que l'homme même à un haut point de pacifisme tend inévitablement vers le conflit. Cette partie a bien rattrapé le tout mais, comme si ce livre était fait pour me déplaire, j'ai fini par me lasser jusqu'à totalement décroché dans les cinquante dernières pages...

Pour ce qui est de l'écriture, c'est assez étrange car en apparence, ça se lit très bien, c'est assez beau sauf quand on parle d'amour et pourtant, pour un phrasé si fluide, j'ai rarement eu une lecture aussi laborieuse... Je ne sais pas si c'est le fait de l'histoire à laquelle je n'adhérais pas du tout, à la distance avec les personnages ou s'il y avait quelque chose dans le style qui me rebutait mais j'ai mis un sacré moment avant de le terminer...

Pour conclure, je dirais que ce livre présente trop de défauts selon moi pour qu'il soit inoubliable. Si je devais retenir un défaut ce serait cet effet "télévision" qui entraine une distance détestable avec les personnages. C'est peu courant certes mais je ne lis pas pour cela. Pour sa défense je dirais seulement que la partie aventure m'a davantage plu et que Barjavel a une jolie écriture. J'ai été très soulagé de le terminer et c'est pour cela que je lui attribue un 11/20.

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page