lundi 4 octobre 2010

La Nuit des Temps de Barjavel


Résumé : Dans l'immense paysage gelé, les membres des Expéditions Polaires françaises font un relevé sous-glaciaire. Un incroyable phénomène se produit : les appareils sondeurs enregistrent un signal. Il y a un émetteur sous la glace...

Mon Avis : Barjavel est sans conteste une des références denotre pays en terme de Science-Fiction et, en tant que fan du genre, je me devais de lire au moins un livre de lui. J'ai donc profité du challenge que j'ai organisé "tu es mal noté mon pauvre, on va arranger ça" qui consiste à faire remonter ou non la note d'un livre que l'on juge sous-noté. Après sondage, c'est donc ce livre qui l'a emporté. J'avais entendu beaucoup d'éloges sur ce titre qu'on hésite pas à qualifier de merveilleux ou encore incroyable. Le moins que je puisse dire c'est que je n'ai pas du tout adhérer à cette pensée...

Pour une fois, je vais parler en premier lieu des personnages car il est rare que je remarque cela dans un livre. Il n'y a aucun regard intérieur sur les protagonistes si bien qu'il est difficile de s'en intéresser. On a l'impression d'être une caméra qui se contente de noter ce qu'elle voit. Or, si j'aime les livres c'est avant tout parce que c'est un support qui permet de décrire des émotions, des ressentis qu'ont les personnages. Ici, rien de tout ça si bien que j'étais totalement spectateur de l'aventure. Aucun personnage si ce n'est Elea ressort de cette histoire, on croit parler d'un des membres de l'équipe de recherche puis on change vers un autre. Je ne peux pas aimer un livre qui met autant de distance avec ses personnages.
Le pire dans leurs relations est sans aucun doute les histoires d'amours. En effet, l'une (un docteur envers Elea, la survivante de la vieille civilisation) est totalement futile, elle arrive dans l'histoire comme un cheveux sur la soupe et n'apporte strictement rien. Si l'on veut, on peut pousser cet amour dans ses retranchements en disant qu'il représente un amour impossible ou encore l'extrapoler en prétendant que c'est une image pour parler de l'amour de notre civilisation envers la précédente... Cependant, supporter des pages entières de déclarations plus ou moins pompeuses ou mielleuses, s'en était bien de trop. D'ailleurs, l'autre amour est celui d'Elea à son époque avec son compagnon. Dans leur civilisation, ils étaient liés par un lien étrange qui les faisait passer toute leur vie ensemble. Tous les couples vivaient ainsi. Dans l'idée, c'est intéressant mais quand l'auteur nous parle de leurs sentiments, c'est digne des Harlequins... Je déteste ce genre de passages et encore une fois, ça n'a pas aidé ma lecture...

L'histoire, si je puis y trouver une qualité, est relativement originale. Normalement, la Science-Fiction tend vers le futur ou une approche d'un potentiel futur. Or, ici, Barjavel nous offre des pseudos-hypothèses sur le passé. Nous serions descendant d'un peuple ayant vécu un million d'années auparavant qui disposait d'une technologie bien supérieur à la notre. En y réfléchissant bien, bien que ce soit habilement mené, cela est quasi impossible car il y aurait eu d'autres traces de cela sachant qu'il y a eu une guerre atomique qui laisse sa trace dans les roches. Même si Barjavel n'avance pas une vraie théorie, je me pose dans ces cas là toujours la question de la crédibilité et ici, cela m'a une nouvelle fois donner un mauvais sentiment.
L'histoire est globalement scindée en deux parties : la première parle de toute l'expédition en Antarctique qui a mené à découvrir la structure où Elea et Coban étaient en sommeil. J'ai trouvé cette partie d'une longueur incroyable avec des scènes entre les scientifiques sans grand intérêt. Ce qui ressortait de positif était la gestion internationale de la découverte dans ce que cela pouvait apporter comme conflit, comme alliance ou encore comme bouleversement politique. Ce pendant, cet aspect étaient pas assez exploité par rapport à toutes les étapes de la découverte. C'est là que je me suis posé la question du genre vers lequel on tendait parce qu'il y a un peu de tout et au final, on ne sait plus trop ce qu'il reste : il y a de la science-fiction avec le côté haute technologie, il y a une aventure, il y a du romantisme et même, j'ai cru qu'on allait vers le policier avec tous les décès étranges... Bref, ça part dans tous les sens...
Dans la deuxième partie, on suit toutes les péripéties d'Elea et de sa civilisation qui l'ont mené à ce sommeil de 900000 ans. A part l'amour insipide avec son compagnon, cette partie m'a beaucoup plus plu de par toute l'humanité qui s'en dégage et surtout par la description de cette société en apparence parfaite mais qui cache la fatalité de la guerre et donc du désespoir. Il transparait que l'homme même à un haut point de pacifisme tend inévitablement vers le conflit. Cette partie a bien rattrapé le tout mais, comme si ce livre était fait pour me déplaire, j'ai fini par me lasser jusqu'à totalement décroché dans les cinquante dernières pages...

Pour ce qui est de l'écriture, c'est assez étrange car en apparence, ça se lit très bien, c'est assez beau sauf quand on parle d'amour et pourtant, pour un phrasé si fluide, j'ai rarement eu une lecture aussi laborieuse... Je ne sais pas si c'est le fait de l'histoire à laquelle je n'adhérais pas du tout, à la distance avec les personnages ou s'il y avait quelque chose dans le style qui me rebutait mais j'ai mis un sacré moment avant de le terminer...

Pour conclure, je dirais que ce livre présente trop de défauts selon moi pour qu'il soit inoubliable. Si je devais retenir un défaut ce serait cet effet "télévision" qui entraine une distance détestable avec les personnages. C'est peu courant certes mais je ne lis pas pour cela. Pour sa défense je dirais seulement que la partie aventure m'a davantage plu et que Barjavel a une jolie écriture. J'ai été très soulagé de le terminer et c'est pour cela que je lui attribue un 11/20.

15 commentaires:

  1. J'avais bien aimé quand je l'avais lu. En tous cas, mon avis est un peu plus enthousiaste que toi ;) Bises !

    RépondreSupprimer
  2. J'te boude Lexounet ! 11/20 à un de mes romans préférés ! :o

    Un billet très intéressant en tout cas. Merci ! :)

    PS : je te boude pas pour du vrai hein, je précise que j'ai un grand sourire en écrivant ça ; je voudrais pas qu'il y ait confusion. ^^

    RépondreSupprimer
  3. hihi^^ J'avais bien compris. Sur ce roman j'ai l'impression que c'est tout ou rien donc...

    RépondreSupprimer
  4. Ca fait tellement longtemps que je l'ai lu que je dois reconnaître que je ne m'en souviens plus des masses....(c'est pas bô de vieillir de d'avoir les neurones qui se barrent! mdr)

    RépondreSupprimer
  5. J'adhère à 100 % à tout ce que tu as écrit ! J'ai ressenti exactement la même chose aux mêmes endroits dans ce livre !

    RépondreSupprimer
  6. Hum, on peut pas dire que tu me tentes beaucoup ! Allez, je passe mon tour sur celui là !

    RépondreSupprimer
  7. je l'ai et apprécié mais avec le temps, j'en ai oublié les détails

    RépondreSupprimer
  8. Heureuse de lire ton billet !
    tout y est, rien à y ajouter !
    j'y adhère à 150 % !
    le prochain sera meilleur ! ;)

    RépondreSupprimer
  9. Merci! En tout cas je remarque que lorsqu'on aime pas, c'est en général pour les mêmes raisons.

    RépondreSupprimer
  10. A peu près les mêmes choses à reprocher de mon côté, mais cela ne m'a pas empêchée d'énormément apprécier cet ouvrage pour tout la réflexion menée sur les sociétés, la sciences, les rapports de force...d'autant plus que ce sont des thèmes que l'on aborde en cours, et du point de vue archéologique/anthropologique, il y a des choses très intéressantes.

    RépondreSupprimer
  11. J'imagine que les relations avec tes études et ta passion t'ont attaché à ce livre, c'est d'ailleurs un métier que j'ai rêvé. Ravi que la mayonnaise ait prise avec toi.

    RépondreSupprimer
  12. Faudrait que je t'emmène en chantier, un jour où je fouillerai en France!

    RépondreSupprimer
  13. Je ne suis pas d'accord avec toi quand tu dis que les histoires d'amour dans ce roman ne servent à rien. Au contraire ! J'ai trouvé que c'était une des parties essentielles de ce roman. Et puis si je me souviens bien, le docteur (je ne me souviens plus de son nom) tombe amoureux d'Elea mais ce n'est absolument pas réciproque, cet amour égoïste et possessif qu'il lui porte donne au personnage du médecin une autre dimension, nouvelle et assez différente que l'on se faisait de lui au début du roman. J'ai trouvé aussi que les personnages évoluaient tout au long du récit, et la fin est assez inattendue. Enfin, il y a encore plein de choses à dire sur ce roman ! Dommage que tu ne l'aies pas aimé, ça arrive !

    RépondreSupprimer
  14. Oui ça arrive effectivement. Mais je suis très loin d'être le seul à penser à la futilité des histoires d'amour présentées ^^
    Merci de ton passage :)

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page