Pages

lundi 28 février 2011

L'ultra-poche de chez Point Deux, ça donne quoi?

Tout d'abord, commençons par le commencement : un grand merci aux Éditions Point Deux pour m'avoir envoyé deux titres qui paraîtront le 14 Avril prochain. Leur site Internet sera bientôt disponible mais si vous voulez avoir quelques renseignements complémentaires, cliquez ici.

Après avoir lu quasiment la moitié de La Route de Cormac Mc Carthy, je peux vous parler de l'objet en tant que tel. Je vous avais fait part de mon enthousiasme sur cette idée novatrice qui consistait à révolutionner le livre papier face à la montée exponentielle des ventes d'ebooks : celle de l'ultra-poche.

Points forts :

- Le concept en tant que tel. Le monde de l'Edition et du livre en général a une obligation de réagir au plus vite au vu de l'ampleur que prend le numérique. Le livre papier est loin d'être mort mais les stratégies mises en place par les distributeurs d'ebooks se précisent. Des projets si originaux et novateurs doivent naître rapidement.

- Le format. La taille permet en effet de le transporter avec aisance même dans des sacoches minimalistes et de les ranger très facilement. Dans un espace limité lorsque les livres s'accumulent, c'est un facteur appréciable.

- Le confort. Les livres sont très confortables au toucher, la prise en main est immédiate et apporte un vent de fraîcheur sur notre cher papier.

- Mise en page adaptée. J'avais peur que la taille des caractères soit trop petite mais je m'y suis accoutumé très rapidement. Il me restera à vérifier cela avec des livres plus gros et moins aérés.

Points Faibles :

- Le Prix. A l'heure où le consommateur regarde comment économiser au maximum, il s'avère que 10 ou 11€ pour un objet de cette taille ne sera pas un bon argument de vente surtout que les titres sont déjà parus en format poche.

- Difficulté pour tourner les pages. En effet, elles sont tellement fines qu'elles ont une fâcheuse tendance à se coller les unes aux autres. C'est assez délicat surtout que la numérotation est perpendiculaire à la direction de lecture.

- N'ayant que de grands marque-pages, un ruban ou un objet de la sorte serait d'une utilité agréable mais ne n'est qu'un détail... :)

En conclusion, pour un lancement, je tire mon chapeau à ce projet qui ne pourra qu'évoluer de manière bénéfique.
Comme dis l'adage... "il faut vivre avec son temps". Je pense que Point Deux réfléchit dans cette voie et je leur souhaite de réussir.

C'est Lundi que lisez-vous? (2)

- Cette semaine j'ai lu trois livres ou plutôt devrais-je dire... Deux livres et demi. En effet, j'ai lu le livre d'un auteur Colombien pour le Challenge Destination...Colombie, L'univers expliqué à mes petits enfants de Hubert Reeves et enfin, la première partie de Blanche Neige et les Lance-Missiles de Catherine Dufour pour le Book Club de Mercredi prochain.


- En ce moment, je lis le Rire du Cyclope de Bernard Werber que j'avais mis en pause depuis plus d'un mois. Je lis aussi La Route de Cormac McCarthy ainsi que deux livres VO que je ne citerai pas car je ne les avance pas du tout en ce moment...

-Cette semaine, je compte lire le tome 6 de L'Epée de Vérité de T. Goodkind ainsi qu'un autre livre, sans doute plus léger mais mon choix n'est pas encore fait.


Bonne semaine à tous, je vous donne rendez-vous dans deux semaines car Lundi prochain, je serai au soleil :)

dimanche 27 février 2011

Résultat du Concours du bloganniversaire

Après un tirage au sort, le gagnant ou plutôt la gagnante s'est révélée pour ce premier concours à l'occasion de mon bloganniversaire :

Lefsö

Elle recevra comme convenu les Fables de l'Humpur de Pierre Bordage.

Merci à tous les participants et rendez-vous pour la prochaine fois avec une autre œuvre.


samedi 26 février 2011

Blood Ninja de Nick Lake

Résumé : Japon, 1565... Taro, fils d'un simple pêcheur, n'avait qu'un rêve : devenir samouraï. Mais en l'espace d'une journée, sa vie bascule, le condamnant à vivre à jamais dans l'ombre. Transformé malgré lui en vampire ninja, Taro se trouve entraîné dans une terrifiante épopée.

Mon avis : Tout d'abord, j'aimerais remercier Allan du site Fantastinet et les Editions Gallimard Jeunesse pour m'avoir donné l'opportunité de découvrir ce roman.

Au point de vue de l'histoire, tout cela semble au début abord très stéréotypé. Le schéma (bouleversement du destin et parcours initiatique) a déjà été revisité à de multiples reprises mais ce livre réussit son pari : nous divertir. La principale qualité de cette œuvre est celle de combiner l'Histoire asiatique et la mythologie vampirique. On irait même jusqu'à croire que tout ceci aie fait partie de la réalité.

On peut souligner un autre point fort, les émotions sont sincères, réelles, non surfaites. Blood Ninja n'est pas un roman à mettre entre toutes les mains (je pense surtout au public visé) car le lecteur n'est pas épargné entre les affrontements sanglants et les décès de personnes chères au héros.

L'auteur prend son temps à poser son histoire mais on est jamais atteint par l'ennui. Le rythme est assez intense et lorsqu'il retombe, c'est en général pour faire place à des rencontres intéressantes ou à l'émotion évoquée auparavant.

Les personnages sont globalement très bien travaillés. On peut reprocher encore une fois du déjà vu mais cela fonctionne. Le héros, Taro, m'a en premier lieu déçu : peu démonstratif, assez renfermé et, par conséquent, peu attachant. Mais il évolue de telle manière que le lecteur s'y attache en découvrant ses failles, ses désirs, ses peurs...

Un nombre important de personnages partagent l'aventure de Taro. Bien que certains soient en retrait, en général, ils sont tous intéressants à suivre car ils apportent chacun un petit plus. Les décrire un à un serait dommage car ce serait priver les futurs lecteurs d'une partie de la découverte.

Le style de Nick Lake est simple et efficace mais il manque une empreinte personnelle pour se démarquer. Cependant, il faut souligner que c'est son premier roman et que le travail réalisé est déjà très intéressant. Par exemple, il utilise la narration extérieure aux personnages mais centrée sur Taro. Parfois, les passages sont en italique, caractéristiques d'un changement de point de vue. Sans être révolutionnaire, le procédé apporte un nouvel atout à ce roman. Enfin, ses descriptions sont toujours détaillées, parfois crues mais on s'y accomode. Elles permettent de densifier l'univers et d'apporter de la profondeur autant à l'intrigue qu'aux protagonistes.

Pour conclure, je conseillerais ce roman à toutes personnes et plus particulièrement aux amateurs de culture asiatique et pourquoi pas de vampires même si ce n'est pas ce qui fait tout son intérêt. Nick Lake, pour son premier roman, nous offre un début de saga chargé d'émotions et d'actions. La trilogie s'annonce très prometteuse. J'attribue à ce premier tome un 16/20.

vendredi 25 février 2011

Vous aimez Mercy Thomson? Vous aimerez ce graphics

Bien que je sois actuellement en "pause bit-lit", je suis particulièrement ravi quand j'entends de bonnes nouvelles sur l'une de mes héroïnes préférées. En effet, le 18 Mars prochain sortira, chez Milady, un tome zéro des aventures de Mercy Thomson en format Graphics chez Milady.

Contrairement à Twilight qui s'était contenté de reprendre l'histoire des romans, nous aurons bel et bien une histoire inédite.

L'histoire se passera donc avant les événements que nous connaissons (ou non). On verra une Mercy plus jeune lorsqu'elle décide de quitter la meute de Bran souhaitant s'émanciper. On comprendra pourquoi elle décide de s'installer dans les Tri-Cities mais surtout, on assistera à ses rencontres avec Adam, le loup-garou ténébreux, Stefan, le vampire mystérieux et Zee, le mécano bourru.

Ce "tome 0" ne s'adressera pas qu'aux connaisseurs de la saga puisque cette aventure, comme je l'ai dit, est totalement inédite.

Pour ce qui est des aspects plus techniques, sachez que c'est Patricia Briggs qui l'a écrit (ouf), Francis Tsai qui l'a illustré Daniel Dos Santos qui s'est chargé de la couverture (comme pour les romans).

Bonne découverte!

Rappel : parution le 18 Mars prochain

mardi 22 février 2011

La Quête d'Ewilan, tome2, Les Frontières de Glace de Pierre Bottero

Résumé : Revenus dans l’Empire de Gwendalavir, Ewilan et Salim partent avec leurs compagnons aux abords des Frontières de Glace pour libérer les Sentinelles. Ils repoussent en chemin les attaques de guerriers cochons, d’ogres et de mercenaires du Chaos, alliés des Ts’liches résolus à tuer Ewilan, mais se découvrent un peuple allié : les Faëls. Salim se lie d’amitié avec une marchombre, dont les pouvoirs le fascinent ; tandis que face au maître d’armes, Ewilan assoit son autorité et affermit son Don. Malgré les attaques d’une goule, la petite troupe parvient à destination. Là Ewilan découvre le secret du Dragon et libère les Sentinelles. Désormais, elle peut se consacrer à sa quête : la recherche de ses parents.

Mon avis : Quatrième livre de Boterro, c'est toujours avec grand plaisir que je retrouve les livres du très regretté auteur. Autant j'avais admiré les les deux premiers tomes du Pacte des Marchombres, autant le premier tome de la Quête d'Ewilan s'est avéré un peu trop "jeunesse" et caricatural sur les personnages. Comme beaucoup de sagas, on monte en puissance et, effectivement, c'est ce j'ai ressenti...

Au point de vue de l'histoire, cette fois-ci, on reste uniquement dans Gwendalavir. Plus de passages vers le monde réel... Dans ce tome, on entame vraiment la "quête" tel que nous l'indique le titre. A l'image du Seigneur des Anneaux, des personnages extraordinaires vont entourer notre héroïne pour la conduire vers son but ultime, la recherche de ses parents et faire en sorte que le Gwendalavir retrouve son harmonie.

L'univers inventé par l'auteur est toujours aussi envoûtant. Comme cette saga est orientée Jeunesse, on reste dans la simplicité mais très loin du minimalisme. Tous les éléments sont à leur place et Bottero ne s'est pas contenté de copier ce que d'autres ont déjà fait : il invente ses créatures, ses lieux etc.

Plus précisément, sur l'intrigue, on n'a guère le temps de s'ennuyer... Quelques temps morts seulement pour reprendre son souffle entre des scènes d'action rocambolesques ou des révélations surprenante. J'apporterais un simple bémol comparatif au Pacte des Marcombres : j'ai souvent anticipé les rebondissements, c'est un peu dommage... Simplement mon côté très difficile sur la prévisibilité.

Dans le premier tome, j’avais reproché un côté trop caricatural des personnages ou plutôt qu'ils étaient "piégés" dans un mode de pensée. Je dois dire que c'est la meilleur surprise de ce deuxième tome... Les protagonistes, plus particulièrement l'héroïne, ont beaucoup évolué.
Je n'avais pas spécialement aimé Ewilan que je trouvais surréaliste dans son côté génie, mature... Ici, elle est toujours sure d'elle mais n'en fait pas trop. Elle m'est apparue plus "humaine".
J'ai vraiment adoré l'évolution de Salim. Personne ne le prenait au sérieux mais, même s'il préserve son côté décalé, il gagne en maturité. Il est sans doute mon personnage préféré pour le moment avec, bien sûr... Ellana!
Les autres se complètent magnifiquement, les caractères diffèrent tous et c'est un paramètre que je ne néglige pas dans l'appréciation globale du roman.

J'ai retrouvé en grande partie la plume de Bottero que j'avais admirée sur les premiers tomes du Pacte des Marchombres, moins sur le premier tome de cette trilogie... C'est tout simplement magique, élégant... Je pourrais lister longuement des compliments à l'égard de cet incroyable travail mais, pour ceux qui ne connaissent pas, je préfère laisser le plaisir de la découverte.

Pour conclure, j'ai beaucoup aimé cette suite d'un premier tome qui ne m'avait pas déçu mais qui ne m'avait pas plus enthousiasmé que cela. La saga gagne en maturité, les personnages aussi et c'est pour cela que je lui attribue un 17/20.

Je marque 1 point pour deux challenges :
- Le ABC Challenge Bit Lit Fantasy
- Le Big Challenge livraddict 2011

lundi 21 février 2011

C'est Lundi que lisez-vous? (1)

- La semaine dernière, j'ai lu Blood Ninja, un bon roman Jeunesse mêlant mythologie vampirique et culture de l'Asie Antique. C'est le premier livre de l'auteur et rien que pour ça, je dis "chapeau l'artiste". J'ai aussi lu un essai de développement personnel, le Bonheur selon Confucius et ce fut un moment de lecture enrichissant. Ce sera dur de vous en parler mais j'essaierai.


- En ce moment je lis Blanche Neige et les Lance-Missiles de C. Dufour et je suis pour le moment sceptique par cette fantasy très... décalée. Je lis en parallèle un livre mystère pour le challenge Destination Colombie qui m'intrigue fortement.

Merci à Galleane pour ce premier, c'est Lundi, que Lisez-vous? :)

samedi 19 février 2011

Les Editions Point Deux, la future révolution du livre papier?


Les Éditions Point Deux vont bientôt débarquer dans nos librairies favorites. Pourquoi je vous en parle? Tout simplement car je trouve le concept vraiment prometteur voire exceptionnel.

Comme il me parait difficile de résumer avec de simples mots ce projet, je vous laisse consulter la brochure reçue récemment :



J'ai depuis lors eu vent de quelques nouvelles : le site Internet ouvrira ses portes d'ici un mois environ et les livres seront disponibles en librairies le 14 Avril.

J'espère que ce concept vous plaira autant qu'à moi qui défendra jusqu'au bout le livre papier bien que le format ebook me plaise aussi.

Futures sorties du 14 Avril :
  • Extrêmement fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer
  • Tout est sous contrôle de Hugh Laurie
  • Ce cher Dexter de Jeff Lindsay
  • La Route de Cormac McCarthy
  • Chronique de la haine ordinaire de Pierre Desproges
  • Le Poète de Michael Connelly
  • Des Vents Contraires d'Olivier Adam
  • La Cinquième Femme de Henning Mankell
  • Le Sens du Bonheur de Krishnamurti

Vous remarquerez l'éclectisme des parutions!

N'hésitez pas à réagir, les échanges sont les bienvenus :)

vendredi 18 février 2011

Déjà un an pour Little Read Planet. et cadeau pour mes lecteurs

Je suis heureux de vous annoncer mon bloganniversaire. Un an déjà que j'ai créé ce blog qui a contribué à retrouver ma première passion, la lecture.

Vous avez déjà remarqué que "le look" de mon blog est entièrement modifié même si il y a quelques petits soucis que je ne sais pas encore régler mais j'y travaille :) Je compte faire aussi plus de billets pour parler des auteurs ou nouvelles maisons d'éditions et sans doute, de mes "projets littéraires".

Je ne suis pas une personne qui cherche la reconnaissance, la gloire de quoique ce soit mais j'ai été agréablement surpris et touché de voir que j'étais autant suivi sur cette année. C'est, à ce jour, plus de 12000 pages vues, 34 membres et 1284 commentaires.
Sachant que je ne fais aucun concours et billets annexes (ou très peu), je suis plus que satisfait de ces "résultats". Mon blog est même lu à l'étranger : Canada, Etats-Unis, Russie et j'en passe.

Pour fêter l'événement, je vais lancer mon premier concours sur mon blog. J'ai choisi u de mes livres coup de coeur de l'année 2010 à savoir les Fables de L'Humpur de Pierre Bordage paru Au Diable Vauvert. Ne vous fiez pas au classement de cette oeuvre, classée Fantasy, parfois Science-Fiction dites-vous que c'est simplement une merveille d'humanité :)

Edit : Vous connaissez mon côté "boulet" par moment où je suis à côté de la plaque. J'ai effectivement oublié les modalités de participation au concours (merci Lelf^^) :
Il vous suffit de me dire dans votre commentaire si vous voulez participer (ou non) à ce concours ou bien m'envoyer un mail à l'adresse suivante : palazzi. alexandre@gmail.com en précisant bien votre pseudo pour savoir qui vous êtes :D
Vous avez jusqu'au Samedi 26 Février 20h pour participer, j'afficherai les résultats dans la foulée.

Résumé : Dans les pays de la Dorgne, des êtres mi-hommes, mi-animaux perdent peu à peu leur patrimoine humain et s'enfoncent lentement dans la régression animale. Tribus dominantes carnivores, communautés agricoles servant de nourriture aux clans prédateurs, tous sont soumis par le clergé aux lois de l'Humpur, qui punissent de mort les mélanges entre les clans et les comportements individualistes. Parce qu'il ne supporte pas de voir la jeune Troïa qu'il aime livrée aux appétits collectifs lors de la cérémonie rituelle de reproduction, Véhir brise l'enclos de la fécondité et s'enfuit en quête des derniers dieux humains de la légende. Lui, le grogne paysan, va accomplir ce chemin en compagnie de Tia, une jeune prédatrice hurle en exil...

Cependant, voulant absolument récompensé une des personne qui me suit relativement régulièrement, le tirage au sort s'effectuera uniquement entre ce que je considère comme lecteur régulier.

Participants :
-Mina'
-Flo-boss
-Melcouettes
-Ptitetrolle
-Deliregirl
-My'
-Karline
-Snow
-Pika'
-Lefsö

dimanche 13 février 2011

Bal de Givre à New York de Fabrice Colin

Résumé : Anna Claramond ne se souvient plus de rien.
Seul son nom lui est familier. La ville autour d’elle est blanche, belle, irréelle. Presque malgré elle, la jeune fille accepte les assiduités du beau Wynter, l’héritier d’une puissante dynastie. Bal de rêve et cadeaux somptueux se succèdent avec lui mais Anna sent que quelque chose ne va pas. Qu’elle est en danger. De plus, des indices et des messages sont semés à son attention par l’insaisissable Masque, un fugitif recherché.
Qui est son ennemi, qui est son ami ? Anna sait qu’elle doit se souvenir. Mais que lui réservera sa mémoire une fois retrouvée ?

Mon avis
: Tout d'abord, je tiens à remercier chaleureusement le site livraddict ainsi que la maison d'Édition Albin Michel pour m'avoir donné la chance de découvrir ce roman. Je tiens de plus à préciser que cela faisait des nombreux mois que je souhaitais découvrir le travail de Fabrice Colin mais je n'avais jamais franchi le pas... C'est maintenant chose faite et je ne suis pas déçu.

C'est avec une certaine magie et un envoutement onirique que l'auteur nous entraine dans son histoire. Il met en place une ambiance étrange qui pourrait rebuter car les repères sont flous. Cependant, on se laisse guider, c'est tellement beau, tellement maitrisé...
La maîtrise... C'est exactement ce que je retiendrai de cette atmosphère étrange crée par Fabrice Colin. Chaque mot est sa place, on entre jamais dans la complexité illusoire. Un travail prodigieux.

Concernant l'intrigue, l'étrangeté de l'atmosphère fait en sorte que les premières pages sont délicates. On ne sait pas trop où l'on nous mène mais peu importe, la magie opère et les pages défilent.
On se laisse guider dans ce New York étrange où l'on assiste à une très belle histoire d'amour mais aussi à une série de meurtres des plus étranges. Il est possible de pressentir que quelque chose "ne tourne pas rond", on nous amène sur de fausses pistes et cela fonctionne...
J'avais pressenti la fin dans ses grandes lignes mais la chute est savoureuse et amène à la réflexion une fois le livre définitivement fermé.

Je dois reconnaitre que le niveau "coup de coeur" n'a pu être atteint. En effet, l'héroïne ne m'a pas interpelée plus que cela. Je ne l'ai pas détestée mais je suis souvent rester indifférent au personnage d'Anna. Bien que ce sentiment se soit estompé au fil des pages, elle ne m'a pas touché outre mesure.
En revanche, les deux personnages les plus importants après l'héroïne m'ont particulièrement intrigués. D'un côté nous avons Wynter, jeune homme charmant mais loin d'être parfait. Une sensation particulière m'a habitée lorsque je me suis mis à douter de ses réelles intentions. De l'autre, il y a le Masque mais si je vous dévoile même une infime partie de sa personne je briserai l'effet de surprise. Je préfère vous dire simple qu'il est très mystérieux et soigneusement travaillé.

Où est le bien? Où est le mal? On reste dans le doute... Fabrice Colin a donc réalisé une œuvre qui, sans être magistrale, se démarque de beaucoup d'autres. Il rassemble toutes les composantes que j'aime voir dans un roman. Même si ce n'est pas un coup de cœur, c'est néanmoins un excellent moment de lecture qu'on m'a offert. Je remercie ainsi une nouvelle fois livraddict et Albin Michel pour cette découverte à laquelle j'attribue un
17/20.




jeudi 10 février 2011

Zombie Story, tome 2, Zombie Nation de David Wellington

Résumé : Un jour les morts se sont relevés… Une vague de terreur et de cannibalisme se répand aux États-Unis. Bannerman Clark, capitaine de la Garde nationale, est chargé d’une mission capitale : découvrir l’origine de ce désastre et l’empêcher de gagner Los Angeles. Son enquête le mène en Californie où une femme détiendrait le secret de l’Épidémie. Mais elle est frappée d’amnésie. Et pour la protéger, Bannerman doit venir à bout de zombies de plus en plus nombreux, invisibles ou dotés de pouvoirs dignes de super-héros.


Mon avis : Le premier tome m'avait conquis dans le sens où je ne suis vraiment pas adepte des créatures que sont les zombies... Sur fond d'Apocalypse, Wellington avait réussi, selon moi, à aller plus loin avec ces créatures. Ceci dit, ce tome a repris les grandes lignes de l'intrigue du premier tout en restant moins bon... Je me suis demandé s'il n'y avait pas un problème dans l'adaptation française et vraisemblablement, j'ai bien fait de m'adonner à quelques recherches...

La première question qui m'est venue à l'esprit est pourquoi faire de cette saga une trilogie alors que les deux premiers tomes ne sont pas, d'une part, dans l'ordre chronologique et d'autre part, seul le contexte est le même, les personnages diffèrent?
En y regardant de plus près, je me suis rendu compte que l'auteur a écrit Zombie Nation, paru en 2004 aux USA, avant Zombie Island qui lui, a été publié en 2006. Aussi, je m'interroge sur la logique de Milady sur cette saga. En revanche, je comprends pourquoi j'ai retrouvé tous les défauts du premier, les qualités en moins...

Beaucoup espéraient après lecture du premier volume de comprendre d'où été parti ce mal, ce virus qui a transformé une grande majorité de la population en zombie. Sur ce plan, on a été servi, il n'y a rien à dire : on apprend d'où vient la maladie et comment elle se propage. Malheureusement, j'ai été déçu de la manière dont cela a été amené, peut-être en attendais-je trop?
Ce n'est pas la seule ombre au tableau sur l'intrigue. Je l'ai trouvé d'un ennui épouvantable et une nouvelle fois, je me suis vu décroché à de nombreuses reprises...
On peut aussi reprocher la construction étrange de cette oeuvre : de très longues parties entrecoupées de petits intermèdes très souvent inutiles...

L'un des défauts majeurs du précédent tome était l'absence d'attachement aux personnages. Ici, cela fut encore pire. Clark Bannerman m'a laissé de marbre avec son côté militaire caricatural et son absence de profondeur. Seule Nilla (que l'on pourrait apparenté au personnage de Gary dans le tome 1) a su éveillée ma curiosité. Pourquoi? Tout simplement car elle est la seule à être un peu travaillée. Il est même possible de s'attacher à elle et de vivre ce qu'elle ressent. Même si elle ne m'a pas subjuguée, les parties la concernant étaient plus prenantes.
Mon désintérêt total pour les personnages a fait en sorte que je n'ai retenu quasi aucun nom des autres...

Côté style, je n'irai pas jusqu'à dire que c'est mal écrit mais c'est très inégal. En effet, il y a un cruel manque de subtilité et d'empreinte personnelle dans la plume de Wellington mais dans le genre, son écriture s'adapte bien. Cependant, je ne considère pas que le style m'aie aidé à apprécier ma lecture...

Après avoir fait quelques recherches, je comprends mieux pourquoi j'ai trouvé cet opus en deçà du premier. Il faut savoir aussi que l'auteur s'est fait connaître par son site Internet où il publiait petit à petit ce roman sous forme de nouvelle mise à jour au fur et à mesure. Faisant un buzz sur la toile, il a été par la suite publié.
Même si quasiment rien ne m'a emballé dans ce roman à part quelques rares moments, je lirai la suite (qui devrait être un vraie suite...) pour finir la trilogie.
J'attribue donc un 07/20 à ma lecture.

Cette lecture a été réalisé dans le cadre d'une LC sur livraddict avec :




vendredi 4 février 2011

Kate Daniels, tome 1, Morsure Magique d'Ilona Andrews

Résumé : À Atlanta deux réalités s'opposent : celle de la technologie et celle de la magie.
Pendant une vague magique, les mages sauvages lancent leurs sorts et des monstres apparaissent, les armes à feu refusent de fonctionner et les voitures ne démarrent plus. Puis la vague se retire aussi vite qu'elle est venue en laissant derrière elle toutes sortes de problèmes paranormaux. Nous vivons une époque dangereuse. Mais dans le cas contraire, je serais au chômage. Quand les gens ont des ennuis qui relèvent de l'occulte et que la police ne veut ou ne peut pas régler, on fait appel aux mercenaires de la magie comme moi.
Mais quand un nécromancien anéantit la seule famille qui me reste, je n'attends plus les ordres et je dégaine mon sabre.

Mon avis : On m'avait beaucoup parlé de cette saga classée bit-lit... Je ne sais pas si je fais une sorte d'overdose du genre mais ma lecture fut indigeste.

Commençons par le gros point noir de ce roman : sa mise en page. Les chapitres sont longs... trop longs. De plus, il n'y a aucun saut de ligne et l'aération est minimaliste. Cette lacune a provoqué chez moi un "étouffement", je n'arrivais pas à trouver un rythme de lecture me faisant l'apprécier : je me perdais dans les personnages, les scènes d'actions devenaient vite confuses etc.

Pourtant, l'atmosphère "bestiale" créée par Ilona Andrews est très intéressante. On est entouré de chat-garous ou bien de lynx-garous par exemple, des incontournables vampires etc. le tout sur fond de mythologie. Cela apporte un côté exotique au genre. Ceci dit, je n'ai pas trouvé que cela était judicieusement amené. En effet, les détails sont délivrés au compte goutte et l'univers n'est pas assez développé à mon gout. On entre trop souvent dans le sensationnel : des scènes d'actions rythmées et sanglantes pour masquer les lacunes de l'univers. Il ne faut pas oublier que c'est un premier tome, espérons que ces erreurs soient réparées.

Les défauts soulignés ci-dessus influent aussi sur l'intrigue selon moi. Certes, on a pas le temps de s'ennuyer, les rebondissements s’enchaînent, aucune incohérence n'est à montrer du doigt mais globalement, cela reste très classique. Quelques faits m'ont surpris mais la prévisibilité était au rendez-vous.

Quand je dis que je fais une overdose du genre, je pense que c'est en grande partie à cause des personnages "déjà vus". En effet, que ce soit Kate ou les autres, j'avais l'impression de les avoir rencontrés dans d'autres livres bit-lit sous d'autres noms. Résultat, je ne me suis pas attaché à eux, ils m'ont parfois intéressés mais sans aller plus loin dans l'émotion.
Pourtant, Kate est une jeune femme courageuse, n'hésitant pas à braver le danger. Non seulement elle est magicienne mais c'est une combattante hors pair. Malheureusement, elle en fait trop à mon gout, protagoniste caricatural au possible... J'attends d'elle dans les prochains tome un côté plus "humain" avec certaines faiblesses...
J'ai plus apprécié Curran, chef charismatique qui a un potentiel pour les prochains tomes.
Le reste m'a laissé de marbre donc je n'en évoquerai pas plus...

Pour parler du style, là non plus je n'ai pas été emballé. Un reproche que je fais souvent au genre : on bascule dans la vulgarité à de nombreuses reprises. Parfois cela ne me gêne pas trop mais ici, les dialogues sont cousues de grossièretés.
Même si Ilona Andrews maîtrise parfaitement ce qu'est de créer un rythme haletant dans ses histoires, elle utilise trop souvent la succession de phrases courtes rendant la lecture "hachée".

Ce n'est qu'un premier tome donc je vais persévérer mais il faudra que les nombreux défauts soient gommés car là, ce fut assez laborieux bien que ma lecture se soit étalé sur deux jours seulement. Il y a du potentiel alors positivons et rendez-vous pour le suivant! Je donne un 08/20 à ce premier tome.

Cette lecture a été réalisée en LC sur livraddict avec :

Je complète aussi deux challenge : un point de plus pour le Baby Challenge livraddict Bit Lit ainsi que l'ABC Challenge Bit-Lit/Fantasy (2/26).

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page