jeudi 11 mars 2010

Imhotep, l'inventeur de l'éternité de Christian Jacq

Résumé : Pharaon est mort, l'Égypte vacille. Le farouche prince Djéser, décidé à fonder une nouvelle dynastie, sera-t-il élu par le Grand Conseil, les dieux le désigneront-ils ? En cette période troublée qu'une force maléfique, l'Ombre rouge, compte exploiter pour établir le règne des ténèbres, un jeune artisan, Imhotep, découvre qu'il possède d'étranges pouvoirs. Comment pourrait-il imaginer son incroyable destin, lui, le foreur de vases appelé à devenir l'inventeur de l'éternité ? De sa rencontre avec Djéser dépendra l'avenir d'une civilisation qui sera bâtie par l'intermédiaire de la première pyramide en pierres, gigantesque escalier unissant la terre au ciel. Embûches, sabotages et maléfices se multiplieront pour empêcher le pharaon et Imhotep de réaliser leur Grand Oeuvre.

Mon Avis : Cela fait quasiment dix ans que je connais cet auteur grâce à sa saga Ramsès. La passion que je nourris depuis mon enfance pour l'Égypte fait que les livres de Christian Jacq finissent, à peu de choses près, dans ma bibliothèque. Je fut plus qu'agréablement surpris l'année passée en découvrant Toutankhamon, l'Ultime Secret par l'originalité dans le style de l'auteur qui s'est attaqué à une sorte de thriller ésotérique pour mon plus grand plaisir. En voyant son dernier roman arrivé et en constatant qu'il traite un des personnages que je souhaite découvrir depuis des années à savoir Imhotep, je n'ai pu retenir ma pulsion et voilà ce livre dans ma bibliothèque...

La déception fut vraiment très importante, trop palpable pour écrire un billet très détaillé. En effet, le reproche qui est souvent fait à Christian Jacq est que ces romans sont souvent répétitifs jusqu'à entendre dire "quand tu en as lu un, tu les as tous lu". Je n'étais pas d'accord sur ce point là après avoir découvert sa saga Les Mystères d'Osiris, le diptyque de la "Vengeance des Dieux" et encore plus "Toutankhamon, L'Ultime Secret". j'avais trouvé tous ces livres vraiment incroyables et palpitants...

Mais voilà, ce dernier livre reprend tous les aspects de ce qu'il a déjà fait dans l'histoire comme dans les personnages. Imhotep est le stéréotype de ses personnages : un bel homme, fort, intelligent, travailleur et déterminé. On a encore le droit au Pharaon quasi inébranlable (Djéser), à un gouvernement très compétent mais où réside un complot pour détruire le pouvoir en place, le fidèle ami (toujours un seul et unique...), Futé, dont les compétences et la fidélité ne sont pas à prouver, la femme inaccessible mais qui, de manière prévisible, finit dans ses bras (Néféret)...

Dans le scénario, on retrouve le même socle vu et revu : un complot fomenté par une force obscure qui rallie les différentes tribus ennemies ainsi que des responsables politiques pour détruire le Pharaon et son pouvoir, un jeune homme sans statu politique au départ qui gravit les échelons par son travail et son dévouement, des exploits en tout genre venant soit du Pharaon soit d'Imhotep... A aucun moment, je n'ai été surpris et je me suis sérieusement ennuyé...

En revanche, mes attentes envers cet auteur sont tellement importante qu'il soit fort probable que mon jugement soit obscurcit. En effet, en me mettant à la place d'une personne qui découvre les romans se déroulant en Égypte Antique et particulièrement ceux de Christian Jacq, ce roman peut être apprécié : l'histoire, bien que bâclée selon moi, tiens la route, on y apprend les grands traits de ce qu'a pu apporter Imhotep à cette civilisation, les personnages sont bien mis en valeur...

Pour un passionné comme moi, je ne pense pas que ce roman soit un incontournable., bien au contraire. Tout porte à croire que C. Jacq se soit "reposé sur ses lauriers" en n'apportant à l'histoire aucune originalité, peu de suspens et ainsi me provoquer un ennui total! Peut-être certains y trouveront leur bonheur... Cela ne m'empêchera pas de relire (notamment le Procès de la Momie dont le synopsis m'attire fortement) avec grand plaisir des romans de cet auteur mais il faudra relever ce niveau. J'inflige la sévère note de 06/20 à ce roman qui m'a procuré ma plus grosse déception littéraire depuis des années.

18 commentaires:

  1. Je suis assez d'accord avec toi, certains romans de Christian Jacq sortent du lot, mais d'autres sont assez insipides.
    C'est dommage car j'aime beaucoup son écriture et les thèmes qu'il aborde. Je vais donc attendre une sortie en version de poche ou l'emprunter simplement...

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement cela mais rendre ce fantastique thème qu'est Imhotep insipide, c'est très décevant.

    RépondreSupprimer
  3. Cela fait un petit moment que j'ai envie de découvrir cet auteur mais je ne sais pas par lequel de ses livres commencer.
    En tous cas je commencerais pas par celui là^^

    RépondreSupprimer
  4. Je te conseille si tu aimes les sagas, de lire soit celle de Ramsés soit celle qui est moins historique mais dont l'intrigue est rondement menée Les Mystères d'Osiris. Dans un autre registre, il y a Toutankhamon, l'Ultime secret qui est vraiment bien et de ce que j'ai entendu Le procès de la momie, tu as beaucoup de choix :)

    RépondreSupprimer
  5. tout comme toi j'ai découvert Christian Jacq il y a 15 ans et j'ai lu tous ces livres vu ma passion pour l'Egypte.

    Ce roman m'a attiré l'oeil à la librairie. Que fais- je ??

    Je crois que je ne vais pas résister très longtemps.

    Bises Taylor

    RépondreSupprimer
  6. Tu as bien raison! Ceci n'est que mon point de vue, je ne cherche pas à rallier les gens à mon opinion, simplement à faire transparaître quand je suis ravi ou non. J'envisage que ce roman puisse plaire mais pour les fans, je reste sceptique.

    RépondreSupprimer
  7. Bon ben, ce n'est pas avec celui-là que je reprendrai Christian Jacq. En revanche, le Toutankhamon me tente plus.

    RépondreSupprimer
  8. En tant qu'historienne, j'ai vraiment, vraiment du mal avec Christian Jacq. Au point que j'ai pu lire des bouts, mais jamais des livres entiers. Il faudra bien un jour que je le fasse un jour, mais j'avoue que j'y vais à reculons...

    RépondreSupprimer
  9. Il ne faut pas tout confondre, là, on parle d'un roman et pour information C. Jacq a écrit de vrais essais à caractère purement historique. De plus, en terme d'égyptologie, je pense que ses connaissances ne sont plus à démontrés même pour les "historiens".

    RépondreSupprimer
  10. Oui, sauf qu'il y a roman historique et roman historique. Pour moi, Christian Jacq, c'est de l'histoire qui se fait mousser. Et en général, tu demandes à n'importe quel historien, la grande majorité, si ce n'est tous, font la tronche quand tu leur en parles.

    M'enfin, je tiens à préciser quand même que j'ai nuancé mon propos justement en te disant que je n'en ai jamais lu en entier et que je compte le faire pour me faire un avis dessus, c'est pas comme si je te disais de but en blanc que c'est de la merde... :P

    RépondreSupprimer
  11. C'est re-moi (désolée pour le double-com), je voulais faire une précision des fois que ; je viens de voir que mon précédent commentaire pouvais porter à confusion : je ne te dis pas que c'est de la merde, mais que je me garde de juger franchement, tant que je n'en ai pas lu en entier, et malgré les (quand même longs) extraits que j'ai pu lire ;)

    RépondreSupprimer
  12. Il reste juste à distinguer si tu parles que des romans ou aussi des essais... C'est un peu comme Dan Brown, il ne prétendent jamais écrire l'histoire mais faire un roman se basant sur une trame historique plus ou moins avéré. C'est pour cela que tout le tapage autour du Da Vinci Code était futile... L'auteur n'a jamais dit "c'est comme ça que cela s'est passé". Les historiens se sont déchainés dans le vent et lui ont permis de se faire connaître.

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai que Christian Jacq n'a pas bonne presse auprès des historiens mais il est vrai aussi que c'est un vrai Égyptologue qui a démocratisé l'Égyptologie auprès du grand public. Ces livres sont divertissants et instructifs, après on aime ou pas cet auteur... Je sais que j'aimais bien les premiers livres et que je me suis lassée car c'est toujours pareil.

    RépondreSupprimer
  14. Je suis un assez ancien fan de Christian Jacq (j'ai lu presque tout ses romans), et j'ai toujours bien aimé.
    Celui-là n'a pas fait exception.

    Bien sur, je suis assez d'accord avec ta critique: intrigue toujours du même genre qui rend l'histoire beaucoup trop prévisible.

    Mais c'est le problème de beaucoup d'auteurs, et je ne pense pas que ce soit à l'intrigue qu'il s'accroche lorsqu'il écrit ses livres, mais plutôt au fait de faire découvrir l'Egypte ancienne au grand public, avec une histoire assez simple. Ici, on découvre Imhotep, un personnage qui m'intéresse depuis déjà pas mal d'années.
    La lecture de ce livre m'a donné envie d'en découvrir plus sur ce que fût sa vie. C'est plutôt cela, je pense, qui est important dans les récits de Christian Jacq: nous faire découvrir l'Egypte et nous donner envie d'en savoir plus.

    Maintenant, concernant le conflits entre Christian Jacq et les autres historiens, c'est le genre de conflits à prévoir.µ

    En effet, il y a déjà souvent de grands désaccords entre les historiens, c'est inévitable dans cette branche d'activité. De plus, le fait qu'il donne son avis au grand public à travers ses romans entretien peut-être ce conflit.

    RépondreSupprimer
  15. Comme j'ai du le dire, je suis très intéressé par le personnage d'Imothep et si vraiment il ne voulait que nous faire découvrir l'Egypte, il ne romancerais pas autant ses histoires surtout quand elles ont une base de réalité. Je reste tout de même fan et lirai ses prochains romans et ceux qu'il me manque.
    Par contre, je ne suis pas d'accord pour dire que beaucoup d'écrivains ont le même problème, il y a des auteurs que j'aime beaucoup et qui innovent tout le temps.

    RépondreSupprimer
  16. Je viens de finir le 4ème tome de Ramsès, c'est la seule saga que j'ai lu de l'auteur et pour l'instant, je ne le trouve pas répétitif.

    Je sais que mon père a "L'affaire de Toutankhamon" dans sa bibliothèque, je crois que je vais lui emprunter.

    J'ai toujours trouvé le débat futile entre les historiens et Christian Jacq. Ses romans sont des fictions et en tant que tels, Christian Jacq a le droit d'écrire ce qu'il veut ! On ne devrait jamais prendre une fiction pour argent comptent (comptant ? J'hésite !).

    Bref, ce n'est que mon avis ^^. Je crois que je vais passer pour ce livre-ci.. Imothep ne m'inspire pas.

    RépondreSupprimer
  17. C'est tout à fait cela : un débat futil comme concernant Brown... Mais bon dès qu'on dit le mot "histoire", beaucoup sont près à sortir les griffes... Injustement sans doute surtout que Jacq a écrit des essais bien dissociés de ses romans...

    RépondreSupprimer
  18. Trois ans après... Je suis en train de lire son Imhotep ! Si je ne me considère pas comme un fan de l'auteur, j'apprécie tout de même beaucoup sa capacité à rendre vivante l'histoire. Je suis en revanche fan de l'histoire de l’Égypte ancienne (en partie grâce à cet auteur), et je suis aussi étudiant en histoire. Le débat entre historiens et romanciers historiques m'énerve au plus haut point. Christian Jacq n'a jamais caché écrire des romans. Comment pourrait-il écrire de tels livres sans aucunes connaissances ? De plus, si je ne me trompe, il est diplômé en égyptologie.

    Ce que n'aiment pas les historiens, c'est l'idée de prendre des libertés avec la réalité, surtout qu'il s'agit d'un pair. En même temps, sa manière de mettre en avant la spiritualité et la magie, propre au monde de l’Égypte ancienne, ne va totalement à l'encontre de la réalité historique. Il faut commencer par se demander ce qui fascine tant chez ce peuple, dont les institutions ont tenues le plus longtemps à l'usure du temps.

    D'ailleurs, la société égyptienne, sur bien des points, historiquement établis, ressemble beaucoup à la nôtre. Christian Jacq souligne par exemple, dans le lien entre l'influence égyptienne sur la franc-maçonnerie. Le goût des hommes du XIXe siècle pour ce pays s'explique par son histoire et la fascination qu'il exerce. Connaître des réalités plus concrètes de révolution de palais, de conflits sociaux, n'enlèvent absolument rien aux prouesses réalisés par ce peuple de l'antiquité, seulement au regard des vestiges archéologiques qu'ils ont laissés.

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page