lundi 8 mars 2010

Méditer pour ne pas déprimer

Ce n'est pas par pure curiosité malheureusement que j'ai lu ce livre. pour vous parler un peu de moi, je souffre de ce mal (que l'on voit dans le titre) depuis maintenant deux ans et quand tout redevient normal, la chute n'en est que plus lourde... Je ne dresse pas ce billet pour un quelconque apitoiement sur mon sort qui n'est pas si triste que cela mais tout simplement pour d'une part, montrer qu'il ne faut pas avoir honte de cette maladie et d'autre part pour partager mes découvertes sur le sujet en terme de voie de guérison ne passant pas uniquement par les médicaments (dixit un spécialiste "votre corps n'aime pas les médicaments", pas facile de guérir ainsi...).

En premier lieu, ce livre m'a démontré que je souffrais bien d'une maladie car il dresse un portrait de tout les effets que cela peut avoir tant sur notre corps que sur notre psychisme. En effet, on y parle de tout ce qui peut nous traverser l'esprit dans ces moments là et en fait, les questions sont récurrentes chez les patients. Il est distingué une grande nuance entre les termes fatigue et épuisement qui me permet maintenant de mieux poser les mots sur mon ressenti : je n'ai plus aucune force, aucune motivation mais je ne baille jamais et n'arrive pas à dormir, je suis ainsi épuisé et non fatigué. Cet état n'est pas du à des réflexions multiples mais à des ressassements d'un passé qu'on ne peut guère changé et/ou d'un futur qui n'existe pas encore : on appelle cela ruminer.

Ensuite, tel un cours de méthodologie, les quatre spécialistes qui ont écrit cet ouvrage mettent en place un "parcours" sur deux mots pour mettre en place une stratégie d'acceptation des sentiments. En effet, la base de la philosophie bouddhiste est de se situer dans le moment présent en écartant passé et présent. Méthodiquement, on va apprendre au fur et à mesure des pages des techniques de plus en plus complexes mais accessibles pour avoir un contrôle sur ce flux trop abondant de pensées. La grande force de cette méthode est qu'elle présentée de manière très pédagogique : exemples d'anciens patients pour illustrer les divers ressentis, encadrés pour détailler précisément les techniques, chapitres, titres et sous-titres pour que ce soit bien clair dans notre esprit. A aucun moment un miracle est supposé, on nous permet juste d'appréhender notre corps et notre esprit dans un but d'acceptation et non de rejet constant.

Un CD Audio est disponible pour nous accompagner dans notre apprentissage. j'ai choisi de lire le livre dans son intégralité puis d'attaquer les exercices par la suite. Maintenant, c'est à chacun de voir comment il veut apprendre sur lui-même donc je vous laisse découvrir...


Pour conclure, bien que je n'ai pas senti une révolution dans ce livre sur le sujet, je suis prêt à tout pour sortir de cette impasse et je vais ainsi faire ces exercices pour voir ce que cela va m'apporter. Si je devais m'adresser à tous ceux qui souffrent de cette gangrène cérébrale, je devrais vous dire : ne désespérez pas, vous n'êtes pas seul alors essayez de vous en sortir sans vous brusquer mais en prenant du temps et en gardant de la patience.
Il m'est très difficile de mettre une notre sur un tel livre mais je vais quand même donné un 14/20.


9 commentaires:

  1. Oui, nous ne sommes pas seul ! Et il n'y a pas de sottes solutions à tester.
    Chacun trouve sa méthode pour avancer, c'est l'essentiel après tout :)

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Lexounet,
    Je suis triste d'apprendre que tu souffres de cette maladie, mais sache que tout n'est pas perdu.
    Je suis une "rescapée". J'ai vécu cela il y a quelques années. Et aujourd'hui, tout va bien.
    Tous ça pour te dire que ce n'est pas vain et qu'on peut s'en sortir (sans rechute).
    Ensuite, je me demandais (car tu n'y fais pas référence) pourquoi tu n'irais pas voir un psychiatre (j'insiste sur psychiatre car pour moi, un psychanalyste est un charlatan, et et psychologue n'a pas assez fait d'étude - pour moi).
    Je sais que des fois, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais ça peut être miraculeux.
    Pour finir, je pourrais te recommander d'autres livres sur le sujet qui sont fabuleux:
    - La Fatigue Émotionnelle des Mères de Violaine Guéritault (si tu es une maman)
    - et qq livres de Boris Cyrulnik (les Vilains Petits Canards, Un merveilleux malheur, De chair et d'âme, etc).
    Ils ne te guériront pas, mais ils t'aideront à comprendre et à (peut-être) avoir un déclic.
    Je te souhaite un bon rétablissement de l'âme (^_^)

    RépondreSupprimer
  3. Non je n'ai pas voulu axé mon billet sur ma personne mais si tu veux tout savoir, je vois un psychiatre depuis plus de deux ans et j'ai déjà fait deux rechutes et les choses se compliquent. C'est pour cela que je veux voir par une manière non médicamenteuse.

    RépondreSupprimer
  4. Un sujet sensible...
    J'avais une amie qui faisait médecine. Elle m'a dit un jour qu'en cours, elle avait appris que la dépression n'était pas une maladie. J'avoue avoir été interloquée (je ressortais d'une grosse grosse déprime). Je ne me souviens pas ce qu'elle m'avait dit pour le justifier (et c'est bien dommage !) mais le fait est que ça m'a beaucoup fait réfléchir, et j'ai réussi (plus ou moins) à me relever (plus ou moins) seule.

    Je me souviens que cette amie (pas revue depuis) avait aussi dit "la dépression, c'est la pseudo-maladie du siècle !"...

    RépondreSupprimer
  5. Je pense pas que ta copine ait bien appris ses cours. J'ai moi-même des amis dans le milieu qui justement apprennent que la dépression commence à être entrevue comme une maladie mais qu'elle est bien considérée comme telle. Ce sont les médecins "old school" qui prétendent le contraire. Et non, la dépression sera sans doute LA maladie du siècle surtout quand je vois la manière dont la pressurisation est instaurée dans tout le système.

    RépondreSupprimer
  6. bonjour,
    en tant que personne qui est souvent et depuis longtemps dans une spirale dépressive avec agitation panique et désespoir , je confirme que la pratique régulière de la méditation assise , marchée , de l'arrêt et de l'attention à ma respiration à tout moment de la journée me permet de vivre de mieux en mieux et même de toucher à des moments de bonheur et de sérénité .
    A mon humble avis c'est la voie que je recommanderais si on me le demandait.........avec accompagnement psychologique ,psychiatrique , accuponcture , massages et pourquoi pas les 4?
    Bon courage et n'oubliez pas le plaisir de méditer.

    RépondreSupprimer
  7. Merci pour votre commentaire. Je vous souhaite du courage mais j'avoue être parfois désemparé. Je ne prends pas assez le temps pour méditer. S'y mettre seul est en fait assez dur.

    RépondreSupprimer
  8. Je lis aujourd'huis ces quelques mots de votre part, car je viens de prendre connaissance de l'existence du livre "méditer pour ne plus déprimer". En effet depuis plus de 2ans je souffre de symptomes dépressif, anxiété, inquiétude, solitude etc... J'ai depuis ma naissance eu toujours peur et de manière très forte et envahissante, de la séparation avec la mère puis avec mon épouse et enfin avec mes enfants. Tous ces transfert mon simplement amenés à une réelle séparation "divorce" et depuis donc plus de 2 ans je vis ce dont j'ai touhours eu peur. J' ai été suivi par un psychocaractérologue, qui m'a beaucoup aidé jusqu'à la limite de la guérison, mais malheureusement les compétences de chacun ont une limite, ensuite la démarche a été la même avec un psychiatre et le résultat a été identique au précédent, aujourd'hui je suis suivi par une infirmière psychologue, démarche qui n'atteindra pas non plus la guérison mais une chose est sure c'est qu'àprès chacune des démarche la situation évolue en bien et cela me permet de mieux vivre mon quotidien, les quelques rechuttes sont brutales, mais il faut garder espoir c'est un long combat, la bataille n'est pas finie il ne faut surtout pas abandonner, un jour viendra ...

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour votre message porteur d'espoir. C'est effectivement dûr mais il faut toujours garder l'espoir. J'espère que ça prendra fin un jour.
    Bon courage et bonne continuation

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page