dimanche 21 février 2010

Le miroir de Cassandre de Bernard Werber


miroir-de-cassandre

Résumé : Et vous, que feriez-vous si vous vouliez voir le futur et que personne ne vous croie ?


Mon avis : Je me rappelle dans mon enfance une expérience à laquelle je m'adonnais dans mes délires de « super-héros » : j'avais un petit miroir que je faisais refléter dans une grande glace. Avec les réflexions multiples, cela faisait comme un tunnel sans fin, je m'imaginais alors un monde parallèle que je pourrais rejoindre par ce tunnel ou bien un voyage dans le temps... Un peu comme Werber et sa futurologie. Comme d'habitude, Werber mélange avec facilité déconcertante dans ce livre de nombreux domaines : la science, la philosophie, la sociologie, mythologie... Cependant, il ne s'est pas contenté de « faire du Werber »...



Dans ses autres livres, le personnage principal est souvent quelqu'un de relativement simple, un caractère affirmé et une personnalité bien décrite mais sans aucune extravagance. Or, l'histoire démarre en présence d'une jeune fille de dix-sept ans n'ayant aucune souvenir de son enfance jusqu'à la mort de ses parents. Scolarisée dans un pensionnat, elle s'y enfuit en s'attaquant à son proviseur et devient... une fugueuse qui va ensuite évoluer dans un monde de crasse, d'ordure ou encore de délinquance : celui de la rue. Bien qu'elle soit une enfant prodige, une malédiction se dresse autour d'elle en rapport à son prénom. Elle partage en effet son prénom avec celui d'une femme, dans la mythologie grecque, qui fut comdamné à voir le futur sans jamais être crue. Son don qui devint malédiction lui fût donné par Apollon qui en échange réclamait son corps mais celle-ci s'y refusa. Elle avait notamment prédit la venue des Grecques dans la cité de Troie.



En cette période de crise, Werber nous décrit un monde dans une futur proche où tout est noir. Il n'y a plus de place pour la liberté, ceux qui s'en sortent sont considérés comme un « troupeau de lemmings » se dirigeant vers la « falaise » sans savoir qu'ils courent tous vers leur suicide. Aucun personnage n'est épanoui : ils ont tous raté un passage de leur vie et rejettent la faute sur les autres en vivant dans l'anarchie absolue.



Personne ne sait ce que son avenir lui réserve mais ce roman nous met en présence d'une réalité que tout le monde semble ne pas voir ou fuir : le monde change, trop vite à mon goût, mais surtout pas d'une bonne manière. C'est ce que renferme ce livre : il n'y a pas que des personnes qui réussissent , il n'y a pas que de gens chanceux, il n'y a pas que des gens heureux, il y a cependant ceux qui ont conscience que la terre tourne... dans le sens inverse.



J'ai eu beaucoup de mal à cerner là où Werber voulait nous emmener, je ne le sais toujours pas très bien d'ailleurs... Peut-être veut il « surfer » sur la vague écologique, peut-être est-il résigné quand il se penche sur l'évolution de notre planète ou peut-être nous adresse-t-il un message pour nous faire réagir. Je n'en ai aucune idée mais je vous recommande ce livre pas pour son incroyable histoire mais pour son message profond. Lire est une bonne chose pour s'évader l'esprit mais certains comme celui-ci doivent nous rappeler que nous avons un devoir envers nos prochains. Comme le disait si joliment Saint-Exupéry : « on n'hérite pas de la terre de nos parents, on l'emprunte à nos enfants ». Comme j'ai jusqu'ici mis une note à chacun de mes livres, j'attribue la note de 16/20 sachant qu'il est très difficile de juger ce livre.

1 commentaires:

  1. kikoo !

    Je passe te dire un petit bonjour choubidou ! Je suis tombée sur ta petite phrase. Ce livre de Werber je ne l'ai pas acheté mais c'est vrai que je voudrais bien le lire, sauf que les gens ont l'air plutôt déçu alors je sais pas... et ton avis m'aide pas vraiment. Ben c'est du propre ça !!! lol
    Belle semaine.
    Florel

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page