vendredi 9 avril 2010

La Fraternité du Panca, tome 3, Frère Kalkin

C'est avec cette saga que j'ai par hasard découvert Pierre Bordage. Ce n'était pas par un conseil direct mais un adressé à un membre de ma famille pour un cadeau que j'ai découvert ce fabuleux auteur de Science-fiction Français. J'ai ensuite, grâce à un partenariat, découvert un autre roman (chef d'oeuvre), les Fables de l'Humpur. Je me suis ainsi dans cette saga en cours où j'avais littéralement adoré les deux premiers tomes. Celui-ci m'a littéralement déstabilisé voir désappointé.

Je vais vous faire une petite mise au point sur le fond de l'histoire. Comme beaucoup de romans classés SF, cette quintologie se déroule dans un futur relativement lointain et retrace le parcours des cinq élus un par un, les frères du Panca désignés pour rassembler la "chaîne quinte". Chaque frère dispose d'un "amnas", sorte d'implant contenant toutes ses informations que ce soit au niveau du parcours de vie, des facultés physiques et mentales ainsi que de toutes les parcelles de la mémoire. Le but de chaque "frère" est de transmettre son amnas au suivant.
Ils disposent aussi d'une arme circulaire projetant du feu nommée cakra. Elle est propre à ceux appartenant à la Fraternité et ne fonctionne qu'en leur main.
Ainsi, le premier tome est centré sur Ewen, le premier "appelé" par la fraternité, on suit son périple vers le quatrième frère qui est en fait une soeur Ynolde. Dans le second tome, ce sont ses pérégrinations qui nous mènent au troisième, notre Frère Kalkin.

Ma grosse déception de ce tome est qu'il est tout sauf centré sur le personnage de Kalkin, il est simplement mentionné. Je ne peux pas vous en dire beaucoup sur lui car ce serait vous gâcher le précédent tome mais ce n'est pas un illustre inconnu. La complexité de ce livre réside dans sa triple trame, chacune centrée sur un personnage mais pas notre fameux Kalkin. Au fur et à mesure de la lecture, j'ai compris (avec du temps...) le but de Bordage qui a choisi ce tome pour lever quelques mystères planant sur la Fraternité et ainsi s'écarter du Frère qui outre sa mission, n'a aucun autre but. Cela entraine donc une autre approche. Je vais donc vous décrire les trois trames et quelle optique elle aborde :

Tout d'abord, l'histoire la moins intéressante, du moins les chapitres où je me suis ennuyé le plus, concerne un groupe de mercenaires dont on se demande vraiment l'utilité à part que l'un d'entre eux cache sa véritable identité. Vilnea est ainsi une assassin formée par une Académie nommée le Thanaüm qui a pour mission de stopper la chaine pancatvique (transmission des amnas entre les membres). Elle poursuit ainsi le Frère Kalkin mais n'arrive pas à le tuer... Cette histoire n'est pas très palpitante, trop prévisible et n'apporte pas grand chose à part les doutes sur les bons sentiments de la Fraternité du Panca.

Ensuite, nous sommes centrés sur une jeune femme, Klarel, issue d'une tribu qui vit selon des traditions ancestrales avec tout ce qu'elles ont de plus sectaires. Elle m'a énormément fait pensé à la hurle Tia dans un autre roman de Bordage à savoir les Fables de l'Humpur : elle refuse le respect de ces traditions archaïques qui vont à l'encontre de son droit de décision et préfère ainsi se marginaliser. Cette partie est assez obscure car elle ne mentionne en aucun cas la fraternité mais s'avère très intéressante car elle met en scène un autre facteur de cette guerre dont on ignore la cause et les effets : les Froutz qui se nomment eux-même le peuple d'Onden. on ne peut pas les apparenter à des quelconques humanoïdes mais plus à des entités conscientes mais immatérielles interconnectées. On devine quand même rapidement où l'histoire va nous mener mais cela propose une alternative intéressante.

Enfin, nous suivons une "médialiste", sorte de reporter inter-galactique, à tendance nymphomane qui apporte beaucoup d'humour dans cet univers assez austère. Elle en réalité chargée de réaliser un rapport sur la Fraternité et va donc partir à la recherche de ses origines et de sa nature.

A défaut d'offrir une histoire chargée d'affrontements en tout genre, ce tome aborde une approche pédagogique sur la Fraternité. Il peut laisser perplexe car on ne parle que très peu de Kalkin (qui est quand même le sous-titre...) mais offre un changement radical et une contuité peu banale de la saga. On arrive à douter du camp qu'il faut choisir et c'est ce qui renforce le fond de l"histoire. Un tome prévisible, manquant d'action, qui ne dénoue pas l'intérêt de la saga mais prépare les deux derniers tomes après que les doutes et l'histoire nous ait été révélée. C'est donc avec un 13/20 que je conclue ce billet.




3 commentaires:

  1. C'est peut-être un tome de transition ?

    RépondreSupprimer
  2. C'est exactement comme cela que je l'ai pris.

    RépondreSupprimer
  3. Oups, je viens de me rendre compte que je venais de t'envoyer un message au lieu de mon commentaire ! Bon, bah, je viens d' attaquer le premier tome de La Fraternité et ça plaît...j'espère que la suite me plaira autant !

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page