mardi 27 avril 2010

L'épée de Vérité, tome 5, L'Ame du Feu de Terry Goodkind

Résumé : Pour sauver sa vie et son amour, il faut parfois faire d'énormes sacrifices. Richard et Kahlan le savent mieux que personne, mais peut-être pas encore à quel point... Car, pour arracher à la mort l'homme qu'elle aime, la Mère Inquisitrice a prononcé le nom des trois Carillons. Sans le vouloir, elle a ainsi invoqué des êtres de l'au-delà et libéré une puissance destructrice inimaginable. On raconte que les trois Carillons volent les âmes des vivants et absorbent toute la magie du monde! Richard, Kahlan et Zedd se lancent dès lors dans une effrayante course contre la montre. S'ils perdaient leurs pouvoirs magiques, comment pourraient-ils s'opposer à l'invasion des hordes du terrible empereur Jagang ?

Mon Avis : Cycle incroyable qu'est l'Epée de Vérité, l'une des sagas les plus vendus actuellement en Fantasy. Après un premier tome un peu long à se mettre en place, un deuxième comportant trop de longueur et une histoire moins palpitante. Cependant les tomes trois et quatre ont réussi à me séduire avec une action beaucoup plus perpétuelle tout au long du récit et des personnages de plus en plus développés et attachant. Ma préférence va à Zedd, premier sorcier et aussi grand-père de Richard, le héros principal. Malheureusement, ce tome est un peu retomber dans un schéma beaucoup plus lent et moins palpitant...

On commence par une situation totalement burlesque ou Richard est convaincu qu'un poulet maléfique est à l'origine de la mort d'un chasseur du Peuple d'Adobe (tribu alliée à Richard et Kalhan, son épouse mais aussi la Grande Inquisitrice)... J'avoue avoir souri car ce n'est pas trop l'apanage de Goodkind de mettre ses héros dans des situations ridicules. Cette partie est vraiment trop longue et lassante, on ne sait pas trop où l'on va jusqu'à ce que Kalhan réalise que son mari ne devient pas fou mais qu'il s'agit des Trois Carillons, apparus dans leur monde afin de détruire toute magie.
En parallèle, on est perturbé par l'histoire d'un personnage totalement inconnu du nom de Fitch qui vit dans une contrée que nous n'avons pas encore visité, le pays d'Anderith. Il est employé dans les cuisines du palais royal mais devient très vite messager pour un membre du gouvernement, Dalton, un homme peu scrupuleux au service du Ministre de la Civilisation.
On suppose que les deux récits vont se rejoindre mais cette partie est longue à se mettre en place et aucunement palpitante... On se demande souvent quand on va parler de Richard, trop peu présent à mon gout dans ce tome... La particularité de cette région, Anderith, est que deux peuples y cohabitent : les Anderiens donc mais aussi les Hakens qui, selon la légende, les persécutaient jadis. La tendance s'est inversée à l'apparition d'un puissant sorcier, Joseph Ander. C'est à présent les Andériens qui dirigent et asservissent les Hakens conditionnés à se dire qu'ils sont des êtres impurs ne méritant rien de bon. Ils se laissent donc exploiter sans aucune révolte.

Au niveau des personnages, beaucoup de déceptions aussi. Ce fameux Fitch s'avère vraiment candide frôlant trop souvent la stupidité, un anti-héros peu attachant. Il va servir sans s'en rendre compte, les desseins machiavéliques du pouvoir en place. Il a une amie, Beata, fille de caractère mais peu développée.
Ce tome marque aussi un arrêt dans l'approfondissement des personnages principaux. Il sont déjà bien moins présents que précédemment. On est ravi de les voir au début enfin réunis mais après la dispersion, on voit un peu Zedd, un peu Anna (la dame abbesse, dirigeante des Sœurs de la Lumière) et un peu Cara la Mord-Sith que j'apprécie beaucoup. Quant à Kahlan et Richard, rien de nouveau à part que lui semble un peu différent depuis sa maladie, il semble ailleurs, un peu perdu. Elle est toujours aussi déterminée mais on ne creuse pas plus qu'auparavant.

En bref, beaucoup de déceptions au vu de l'attente que j'avais de cette suite : trop long à se mettre en place, nouveau personnages peu convaincants, personnages principaux pas suffisamment travaillés, une intrigue de fond peu palpitante sans rebondissement épique... Cependant, Goodkind sait remarquablement bien faire passer la médiocrité. J'ai passé un moment un peu ennuyeux mais je n'ai jamais lâché. Bien entendu, au vu de ce qu'on m'a dit de la suite, je ne laisserai pas tomber et je retrouverai avec plaisir Richard et Kalhan. J'attribue donc un 13/20 à ce tome.

6 commentaires:

  1. Je te comprends, le 5 n'est pas le meilleur, mais le 6 est bien ! ;) Moi aussi c'est Cara que je préfère =) Moi j'avance pas beaucoup dans le 9 =/ Mais je n'abandonnerais pas :D

    RépondreSupprimer
  2. Je n'aime pas lire deux tomes de la même saga d'affilée alors j'attendrai un peu mais je continuerai.
    Tu as du mal à accrocher au 9 ou tu lis autre chose?

    RépondreSupprimer
  3. Bon dans l'ensemble je suis d'accord avec toi même si au final, j'ai été moins sévère dans ma notation. Et oui, je persiste et signe, le 6 est vraiment bien donc j'attends ton prochain billet dessus histoire de voir si tu es d'accord ou pas (le mien devrait être publié dans quelques jours).

    RépondreSupprimer
  4. Oui, je ne sais pas encore quand je vais le caser mais je continuerai sans aucun doute. Je vais d'abord continuer un tome de l'Assassin Royal.

    RépondreSupprimer
  5. Une série que je n'ai pas encore eu le courage d'attaquer...oops

    RépondreSupprimer
  6. Je sais que tu aimes beaucoup la Fantasy et cette saga vaut vraiment le détour. C'est parfois un peu trash, mais vu ce que tu lis, ça ne va pas te déranger :P

    RépondreSupprimer

Vous avez apprécié cette page? partagez-la

J'aime cette page